Aperçu du contenu de la page 1

17 au 22 mai 2017
festival des
nouvelles
écritures
théâtrales

lectures en scène
rencontres & débats
journée d ’ études
regards lycéens
studio théâtre
bar librairie

100 magenta
20 jaune

nouveau théâtre sainte marie d ’ en bas grenoble et ailleurs

Blan

ENTRÉE LIBRE

1

Aperçu du contenu de la page 2

17 > 22 MAI

LES PARTENAIRES

2017

festival des nouvelles
écritures théâtrales
LECTURES EN SCÈNE
RENCONTRES & TABLES RONDES
JOURNEE D’ÉTUDES
REGARDS LYCÉENS
STUDIO THÉÂTRE
CARTES POSTALES MUSICALES
BAR LIBRAIRIE

Dédié aux écritures théâtrales contemporaines,
le FESTIVAL REGARDS CROISÉS, est organisé par
Troisième bureau. Ce collectif réunissant comédiens,
auteurs, metteurs en scène, traducteurs, universitaires,
bibliothécaires, étudiants, œuvre à la découverte et
la diffusion des écritures dramatiques d’aujourd’hui
par différents moyens : mises en lecture ou au plateau
des textes, rencontre avec les auteurs, accueil d’auteurs
en résidence et actions de sensibilisation, notamment
avec les adolescents, soutien à la traduction et l’édition.
Le comité de lecture lit chaque année plus d’une centaine
de textes. Auteurs en résidence et comédiens animent des
ateliers et stages de lecture ou d’écriture avec des lycéens,
des collégiens, des étudiants, élèves comédiens, publics…
Des partenariats et collaborations avec des structures
ou manifestations permettent de sensibiliser plus largement
les publics aux dramaturgies d’aujourd’hui. Créé au
printemps 2001, le festival Regards croisés vient relayer en
fin de saison ce travail de recherche, d’ateliers et de lectures
publiques effectués par le collectif tout au long de l’année.
Le collectif, comité de lecture
Fanette Arnaud, Sarah Barrau, Florent Barret-Boisbertrand,
Thierry Blanc, Pauline Bouchet, Marie-Sohna Condé,
Cécile Corbery, Stéphane Czopek, Grégory Faive,
Léo Ferber, Bernard Garnier, Hélène Gratet, Sylvie Jobert,
Danièle Klein, Véronique Labeille, Benjamin Moreau,
Magali Mougel, Estelle Moulard, Uta Muller,
Guillaume Poix, Helia Ronat-Mallie, Laura Tirandaz,
Julie Valero, Sophie Vaude, Émilie Viossat.

00 magenta
0 jaune

Le petit Angle
1 rue President Carnot
38000 Grenoble
04 76 00 12 30
www.troisiemebureau.com

Blanc

est adhérent à

2

Michel Ferber, Karine Martinet, Raymond Pérez,
trois ami-e-s, trois compagnons de route
de Troisième bureau et du festival
nous ont quitté, trop tôt.
Nous leur dédions cette édition.

Aperçu du contenu de la page 3

17E ÉDITION
6 journées pour écouter, découvrir, rencontrer, débattre
du théâtre qui s’écrit aujourd’hui. Partager questions, points
de vue et regards à l’écoute de sept textes de formes et d’origines
différentes, en faisant se croiser cultures et histoires !

© D.R.

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans…
Être ou ne pas être à sa place ? C’est la question que pose le festival
pour sa 17e édition. Et justement le festival se déplace pour s’installer
durant six jours au Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas dirigé
par le poète, compositeur et chanteur Antonio Placer. Il y sera donc
question de « voix » bien sûr. Mais aussi de… déplacements : estce déplacé ou scandaleux de ne pas se sentir à sa place dans notre
monde aujourd’hui, de ne pas être conforme aux usages sociaux, aux
règles de la bienséance, de la politesse, d’être inconvenant, choquant,
incorrect, incongru, ou de ne pas être conforme à la situation, de ne
pas appartenir psychologiquement, socialement au même milieu que
d’autres personnes, d’être sans emploi… Est-ce déplacé ou scandaleux
d’être contraint à quitter son pays pour cause de conflits ou pour des
motifs économiques, politiques, climatiques ?
Le festival ce sont des lectures, des rencontres, des conversations,
des tables rondes, des ateliers, un studio, une journée d’études, un bar
librairie... Côté rencontres, deux auteurs nous diront leur rapport aux
écritures théâtrales « jeunesse » à la librairie Le Square ; une journée
d’études organisée par l’Université Grenoble Alpes et l’Université de
Strasbourg sera consacrée à « mise en récit et flux médiatiques » ; à la
bibliothèque Centre ville les lycéens nous parleront de « leur » Studio
Théâtre ; deux spécialistes des migrations internationales converseront
dans le cadre d’un plateau diplomatique, avec la participation de
Migrants en Isère et Apardap.
Le festival c’est aussi l’opportunité de retrouver les autrices accueillies
en résidence ces deux dernières années dans le cadre du partenariat
entre Troisième bureau et la MC2, avec le soutien du Centre National
du Livre. Vous rencontrerez l’autrice suisse Antoinette Rychner à la
Bibliothèque Centre ville, puis nous découvrirons en sa compagnie et
celle de Julie Aminthe, Nicoleta Esinencu et Carine Lacroix invitée par
Textes en l’air, des extraits de leurs textes inédits lors d’un rendez-vous
sur les résidences.
Nous vous invitons à venir partager ces moments d’écoute et de dialogue
et nous remercions tous ceux – autrices, auteurs, artistes, chercheure-s, élèves, bénévoles, public – qui contribuent à faire de cette
« manifestation du texte » un enjeu artistique et sociétal.

THÉÂTRE
ET ADOLESCENCE
Nuit de mai ! Dix-sept ans ! On se laisse griser !

LIRE LE THÉÂTRE
(D’)AUJOURD’HUI
Notre travail avec les lycéens se développe et
s’invente chaque année. Qu’apporte la pratique
théâtrale à l’école ? En quoi aide-t-elle dans
l’apprentissage ? Dans le développement de l’enfant
ou de l’adolescent ? Pourquoi faut-il défendre l’art
à l’école ?
Les adolescent-e-s avec qui nous travaillons de
janvier à mai sont présents dans trois événements
du festival. Vous les retrouverez en ouverture des
soirées pour des LEVERS DE RIDEAU, lecture de trois
textes commandés aux autrices et auteur Magali
Mougel, Laura Tirandaz et Guillaume Poix, intégrant
un chœur afin que plusieurs élèves puissent y
prendre part et où il sera question de Sofia, de
Jonas, de bateau, de disparition… ; aux REGARDS
LYCÉENS pour un échange avec les auteurs Pascal
Brullemans, Marc-Antoine Cyr et Marie Dilasser ; et
d’autres lycéens vous parleront du STUDIO THÉÂTRE
avec l’auteur Marc-Antoine Cyr en compagnie de la
journaliste Joëlle Gayot.
Tout un programme !

3

Aperçu du contenu de la page 4

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE
À SA PLACE
Je t’écris depuis le passé, spectateur. Là-bas, tous les espoirs sont permis.
On apprend comment retenir sa respiration, les bulletins ne sont pas dans
l’urne, l’urne n’est pas ouverte, les résultats ne sont pas connus, les sondages ne sont pas démentis, tous les inquiétudes et les espoirs sont permis,
tu m’entends, tous, même les plus fous. On combat l’ennemi intérieur, le
pessimisme, le dégoût.
Je voudrais te dire que ça fait du bien, ben rien, juste, tu sais, y croire encore,
tu sais, le truc bête de la fille dans la soirée, celle qui sourit bêtement, celle
qui dit « ah bon, vous, vous pensez ça, vous pensez que tout est foutu, ah, ok,
parce que moi j’y crois, non mais c’est pas grave, c’est rien », je suis ce qu’on
appelle une optimiste, tu vois la fille dans les soirées, celle qui dit, je vais y
aller, je crois encore à ça, aux urnes, tout ça, le truc démocratique, le truc
de l’adrénaline, de l’isoloir, de la discussion de comptoir, le truc de j’invite
des potes, on regarde les résultats, on a les yeux qui brillent, on sait pas, on
pense que c’est pas mort, parce que normalement nos idées vont triompher,
ben oui, ça peut pas en être autrement, parce que sinon ça voudrait dire qu’on
vit dans la société de ceux qui pensent que tout est foutu.
Tu le connais le cynique, tu vois le genre de gars, celui qui dit « ben je vous
l’avais dit les gars, il y a plus rien à en attendre de ces gens-là, y a plus rien
à faire, c’est mort, c’est fini, exit, va pour la viande en boîte, le déjà-fait, le
trop-tard ». Ben je ne suis pas lui, je suis l’autre, la fille, celle qui arrête pas
de dire à ses amis, ben c’est possible, ben on ne sait pas encore, tout peut
encore se passer différemment, je te jure que si, on peut pas vivre comme si
l’amour n’était pas.
Je t’écris depuis le passé, spectateur. Je ne sais pas encore ce que nous
avons fait de notre pays. J’essaie de convaincre, j’essaie d’essaimer, de diffuser, de dire « go », de dire « allez », de dire que le « nous » en vaut la
chandelle, ce pronom-là, ce trésor-là.
Depuis qu’on a remplacé le chiffre 6 par le chiffre 7 dans le nom de l’année
qui s’écoule, je me sens déplacée moi aussi, tourneboulée, bouleversée,
cul-par-dessus-tête, c’est les montag(n)es russes. Y a plus personne qui
m’écoute, je suis minoritaire, je me sens seule, j’ai plus de place.
Je t’écris depuis le passé, spectateur. Mais là, dans ce futur que je connais
pas encore, il y a quelques silhouettes souriantes, Zinnie, Marilyn, Ferdinand,
Thierry, Pascal, Marie, Evan, Marc-Antoine, Julie, Nicoleta, Antoinette, Guillaume, Laura, Magali, Carine, Claire et les autres et il y a quelques lueurs qui
disent « mais non, t’es pas folle, t’es pas dégénérée, t’es pas désespérément
optimiste, tu es à ta place ici, viens-là, viens tout contre nous, viens au
chaud de nos textes, au plus proche de notre langue, voilà, t’es bien là ? Ça
va mieux ? ».
Pauline Bouchet

Pauline Bouchet est maîtresse de conférences en Études Théâtrales au
département d’Arts du spectacle de l’Université Grenoble Alpes. Ayant étudié
et enseigné en France et au Québec, elle est spécialiste des dramaturgies
québécoises et françaises contemporaines et lectrice de manuscrits théâtraux
chez Actes Sud Papiers. Elle est membre du collectif Troisième bureau.
4

Aperçu du contenu de la page 5

REGARDS
CROISÉS
est un rendez-vous des auteurs avec le public, jeune

et adulte, un rendez-vous avec les écritures
théâtrales de notre époque, un temps d’expériences
et de confrontations. Ce sont une vingtaine
d’écrivains, auteurs de théâtre, traducteurs,
originaires de différents pays d’Europe et du
Québec qui viennent à Grenoble pour assister à la
présentation de leurs textes et participer à des
rencontres et des ateliers.
Nous invitons cette année les auteurs et traducteurs
Julie Aminthe [France], Thierry Beucher [France],
Pascal Brullemans [Québec], Henri Christophe, MarcAntoine Cyr [Québec-France], Marie Dilasser [France],
Nicoleta Esinencu [Moldavie], Zinnie Harris [Angleterre],
Carine Lacroix [France], Marilyn Mattei [France], Magali
Mougel [France], Blandine Pélissier, Evan Placey
[Canada-Angleterre], Guillaume Poix [France], Adélaïde
Pralon, Antoinette Rychner [Suisse], Ferdinand Schmalz
[Autriche], Laura Tirandaz [France]
en compagnie des comédiens, metteurs en scène,
musiciens Sarah Barrau, Florent Barret-Boisbertrand,
Thierry Blanc, Marie-Sohna Condé, Fantin Curtet,
Stéphane Czopek, Grégory Faive, Léo Ferber, Bernard
Garnier, Charlène Girin, Hélène Gratet, Sylvie Jobert,
Danièle Klein, Dominique Laidet, Guillaume Mika,
Hyppolite Onokoko Diumi, Philippe Saint-Pierre, JeanPhilippe Salerio, Arash Sarkechik, Nanténé Traoré,
Sophie Vaude…

© Bernard Garnier

de Jean-Pierre Angei, photographe, Jocelyne StreiffFenart, sociologue, Mariette Navarro et Claire Rengade,
autrices, Enzo Cormann, auteur, Fanette Arnaud,
bibliothécaire, Joëlle Gayot, journaliste, Eli Commins et
Gabriel de Richaud, artistes, Pauline Bouchet, Sylvain
Diaz, Nora El Qadim, Julie Sermon, Armelle Talbot, Julie
Valero, Émilie Viossat, enseignant-e-s chercheur-e-s
des étudiants de l’Université Grenoble Alpes, Léo
Bourgeon, Valentine Chery, Ludivine Debien, Camille
Henry, Fanny Hermant, Clementine Jullien, Chloé
Martinod, Léa Monchal, Romain Mourgues et des élèves
du Conservatoire à rayonnement régional de Grenoble,
Bryan Ballet, Agathe Barat, Marie Champion, Garance
Clerc, Hassen Fialip, Suzie Henocque, Clara Jolfre, Josias
Landolfi, Louis Villenave, et des lycées Argouges, Les
Eaux-Claires (Grenoble), Edouard Herriot (Voiron), Pierre
du Terrail (Pontcharra)
5

Aperçu du contenu de la page 6

MERCREDI

17 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

19h OUVERTURE DU FESTIVAL

19h30 LECTURE EN SCÈNE
CE

FRAN

Avec
Sarah Barrau,
Stéphane Czopek,
Léo Ferber, Bernard Garnier,
Dominique Laidet,
Philippe Saint-Pierre,
Sophie Vaude
Mise en lecture Sylvie Jobert
À l’issue de la lecture,
rencontre avec
Marie Dilasser
Modératrice Pauline Bouchet

MONTAG(N)ES
de Marie Dilasser

« Quelque chose bouillonne à l’intérieur des bois, à l’intérieur
des roches, à l’intérieur des habitations. Quelque chose brûle
dans la chair des habitants. »
Dans le bourg vallonné de Guerlédan (ou Légander, Déguerlan,
c’est selon), les habitants aux noms farfelus forment une
petite communauté comme exhumée d’un autre temps. Mais
que l’on ne s’y trompe pas, derrière l’apparente tranquillité
des lieux se cache une réalité moins lisse qu’il n’y paraît,
nous prévient l’un des personnages. Elfie Razhad est la cible
d’incessantes chutes de cailloux et de météorites et voudrait
bien fissurer ce fichu ciel à coups de pioche, Paule Kadillac et
Boruta Priscillone s’affairent entre l’éducation de leurs enfants
et le « bar-tabac-épicerie tiennent, Paddy Mac Doom l’adjoint
au maire entend des voix du haut de sa maison perchée sur
la plus haute des collines avoisinantes, tandis que Narration
nous raconte l’histoire de cet endroit, la formation géologique
de la vallée et son impact humain. À la façon des contes et
légendes, Marie Dilasser nous invite à entrer dans ce paysage
du centre Bretagne qu’elle s’amuse à scruter/sculpter avec
drôlerie et poésie. En jaillit une atmosphère aussi étrange
qu’insolite, peuplée par des personnages aux allures de
clochards célestes. Montag(n)es a été écrite en 2015 lorsque le
lac artificiel de Guerlédan fut vidangé et que s’y redécouvraient
des ruines englouties. À croire qu’Il y a un peu d’archéologue
en Marie Dilasser.
À PROPOS DE LA PIÈCE

Qu’est-ce qui a motivé ou provoqué l’écriture de Montag(n)es ?
Je voulais écrire sur le paysage dans lequel je vis. En lisant les descriptions
paysagères de David Foster Wallace dans Le roi pâle et L’infini comédie, je me
suis rendue compte à quel point le paysage pouvait transmettre des émotions
et agir directement sur nos actions. Sans qu’on s’en rende compte, de façon
souterraine, l’environnement dans lequel nous vivons nous façonne. Des
géologues ont remarqué que les langues, les danses, les coutumes étaient en
partie liées aux qualités du sous-sol. Par exemple, un sous-sol argileux veut
dire des terres riches, veut dire une récolte abondante, veut dire des danses et
6

Aperçu du contenu de la page 7

Marie DILASSER est diplômée de
L’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure
des Arts et Techniques du Théâtre) à
Lyon, département Écrivain dramaturge
dirigé par Enzo Cormann. Ses textes
ont été montés par différents metteurs
en scène : Me zo gwin ha te zo dour
ou Quoi être maintenant? par Michel
Raskine dans le cadre de la Comédie
Itinérante à la Comédie de Valence
et au Point du Jour à Lyon ; Le chat de
Schrödinger en Tchétchénie par Simon
Delétang à L’ENSATT dans le cadre du
cabaret dramatique Le monde me tue ;
Crash test par Nicolas Ramond au Théâtre

de Vénissieux ; Le sous-locataire par
Michel Raskine au Préau à Vire ; Paysage
intérieur brut par Christophe Cagnolari à
la Passerelle à Saint-Brieuc, par Glòria
Balañà i Altimira à la Sala Beckett à
Barcelone et par Barbara Shlittler au
Poche à Genève. Echo-système est mis
en espace par Sylvie Jobert à Regards
Croisés en 2010. Montag(n)es est
une création collective jouée dans un
restaurant désaffecté à Saint-Gelven. Elle
écrit actuellement Intermondes ou Road
movie squaw qui sera mis en scène par
Laurent Vacher.

LEVER DE RIDEAU

LECTURE ADO

par les élèves de 1e ES3 et 1e S5
du lycée Les Eaux-Claires

FIONA

de Magali Mougel

© Vincent Gouriou

Lors d’un repas entre amis, les paroles
s’entremêlent et se brouillent. Jonas est
obsédé par la météo marine, alors qu’on n’est
même pas en bord de mer. Sofia a raté son
poulet au citron. Elle est préoccupée par leur
fille Fiona. C’est vrai qu’elle est étrange depuis
les élections. Même le chat l’a remarqué. Mais
si on y regarde bien, elle n’est pas la seule qui
tourne pas rond.

des costumes ornementaux. En revanche, une terre plus granitique, veut dire un
sous-sol pauvre, des récoltes pauvres, des danses plus proches de la transe
que de l’ornement, des costumes simples, etc. Dans Montag(n)es, ils marchent
au-dessus des ardoises et du granit, il n’y a plus de danses pour se rassembler,
ne reste plus que quelques habitants ici et là qui se cramponnent à un paysage
capricieux qui les rend solitaires. C’est un peu un état des lieux de l’endroit où
je vis et des questionnements que cela engendre : Comment recréer du collectif
dans un village de 300 habitants que rien ne rassemble ? Marie Dilasser

Autrice pour le théâtre, Magali Mougel s’empare
du quotidien et l’interroge par le prisme de la
fiction. Elle se prête régulièrement à l’exercice
de la commande et collabore avec différentes
structures. En 2015-2016, sont créés Erwin Motors,
dévotion par Delphine Crubézy (la Filature), Je ne
veux plus par Olivier Letellier (Théâtre National de
Chaillot), Guérillères ordinaires par Anne Bisang
(Le Poche Genève), Elle pas princesse, lui pas
héros par Johanny Bert (Odyssées en Yvelines).
En 2016-2017, elle collabore avec Simon Delattre
sur le projet Poudre Noire, et co-écrit avec Sylvain
Levey et Catherine Verlaguet (Théâtre national de
Chaillot) le prochain spectacle d’Olivier Letellier,
La nuit où le jour s’est levé. Ses textes sont
publiés aux Editions Espaces 34 et Actes Sud.

© Jean-Pierre Angei
7

Aperçu du contenu de la page 8

JEUDI

18 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

14h

RENCONTRE

REGARDS LYCÉENS
Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles
et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Délégation
Académique aux Arts et à la Culture de Grenoble, de la Fondation
du Crédit Mutuel pour la Lecture et de Créavenir – Crédit Mutuel
Dauphiné Vivarais

Les projets d’éducation artistique initiés
par Troisième bureau sont un cheminement
poétique proposé à des lycéens de classes
d’enseignement général, technique ou
professionnel. C’est une ouverture, par les
écritures théâtrales contemporaines, sur la
complexité du monde d’aujourd’hui. C’est un
voyage dans un genre littéraire que les élèves
connaissent peu.

Le goût de la langue…
La rencontre avec les écritures théâtrales
ne passe pas que par les plateaux.
Entrer dans les classes par le biais de
comités et d’ateliers de lecture engage
un travail essentiel mettant en jeu
l’esprit critique, la sensibilité poétique,
l’épreuve du texte, de sa mise en voix, de
son écriture. Faire lire à des élèves des
textes dramatiques, contemporains de leur
époque, qui plus est d’auteurs vivants,
a cette particularité, cette vitalité, d’éveiller
le regard à l’innommé, l’incertain,
le mouvant, au sens où ces textes
dramatiques, ni connus, ni commentés,
appellent la critique contradictoire.
La langue est une matière vivante,
qui se regarde, se goûte, qu’on doit mâcher,
mettre en bouche, pour tenter d’en sentir
la saveur, d’en percevoir l’épaisseur,
d’en goûter la fluidité ou le chaos,
l’intime, dans l’écho de notre lien
au monde.

Afin de partager avec les adolescent-e-s ce
« goût de la langue », nous avons engagé en
lien avec les enseignants et les documentalistes
dans le temps scolaire la mise en œuvre de
comités de lecture du théâtre contemporain,
mais également d’ateliers de lecture à voix
haute afin qu’ils « éprouvent » ces écritures
aux formes multiples. Ces pièces, qui montrent
aux adolescents la manière dont un auteur
peut évoquer le monde d’aujourd’hui dans sa
complexité et avec toutes les interrogations
qu’il peut susciter, ouvrent des prises de
conscience et permettent d’évoquer au sein
de la classe des sujets d’actualité comme des
thèmes universels.
Le collectif Troisième bureau travaille depuis
dix-sept ans avec les élèves de plusieurs
établissements de Grenoble Alpes Métropole
ou du Département de l’Isère. De janvier à avril,
des comédien-ne-s de Troisième bureau, Sarah
Barrau, Grégory Faive, Sylvie Jobert, Danièle
Klein, Sophie Vaude, interviennent auprès
d’élèves 2nde de quatre classes des lycées
Argouges et Les Eaux-Claires à Grenoble et
Édouard Herriot à Voiron.
Cette année, les lycéens travaillent sur trois
textes : Ce que nous avons fait de Pascal
Brullemans ; Gens du pays de Marc-Antoine
Cyr ; Montag(n)es de Marie Dilasser. Chaque
classe sélectionne et lit un extrait d’un des
textes, prépare des questions aux auteurs avant
de révéler sa pièce « coup de cœur ».

© Jean-Pierre Angei

Dans le cadre du projet LIRE LE THÉÂTRE
(D’)AUJOURD’HUI, quatre classes de lycéens
de seconde rencontrent les auteurs Pascal
Brullemans, Marc-Antoine Cyr, Marie
Dilasser. Pendant deux heures, élèves et
auteurs se retrouvent pour lire, échanger,
questionner…

Aperçu du contenu de la page 9

JEUDI

18 MAI

LIBRAIRIE LE SQUARE

18h

RENCONTRE

DES ÉCRITURES
POUR LA JEUNESSE ?
Enjeux et territoires(s)
Avec
Pascal Brullemans et
Marc-Antoine Cyr

Deux auteurs québécois, cela pose la question des
origines, du territoire. Pas seulement en terme d’écriture,
de différences de langue, mais bien de préoccupations,
d’enjeux dramaturgiques. La question de ce territoire peutelle se lier avec celle de l’écriture pour la jeunesse ? Peutêtre pourrions-nous voir la jeunesse comme un territoire à
explorer, à (re)découvrir en émigré… Parce que, avouons-le,
nous sommes des vieux face à ces hordes d’ados, fiers de
crier leur jeunesse et d’affirmer leur indifférence face au
théâtre. Et pourtant, nous, auteurs, médiateurs, sentons
bien qu’il y a là un intérêt, une richesse à recueillir et un «
quelque chose » à leur offrir en retour. Quand les jeunes sont
les premiers à nous bousculer dans nos a priori, quand on
voit que des collégiens sélectionnent des textes que nous ne
pensons pas leur être destinés, la question est-elle d’écrire
pour la jeunesse, par elle ? Avec elle ? Au fond, l’enjeu de
notre rencontre ne serait-il pas de se questionner sur les
territoires (en tant que langue et enjeux dramaturgiques)
hors des sentiers battus, qu’auteurs et jeunes s’entraînent
mutuellement à explorer ?

© Jean-Pierre Angei

© Jean-Pierre Angei

Modératrice Véronique Labeille

9

Aperçu du contenu de la page 10

JEUDI

18 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

19h30 LECTURE EN SCÈNE

CE

FRAN

L’ENNEMI INTÉRIEUR
de Marilyn Mattei

Éditions Théâtre Ouvert, Tapuscrit 134, 2016

Avec
Thierry Blanc, Fantin Curtet,
Charlène Girin, Hélène Gratet,
Guillaume Mika
Mise en lecture Hélène Gratet
et Laura Tirandaz
À l’issue de la lecture,
rencontre avec
Marilyn Mattei
Modératrice Pauline Bouchet

Plus personne n’a de nouvelles de Max, jusqu’à ce qu’une
vidéo publiée sur Facebook ne le montre en train d’exécuter
un otage, là-bas, loin. Sous le choc, ses copains de lycée
Simon et George vont tout faire pour que l’obscur qui a envahi la tête de Max ne contamine pas leurs camarades, et
en particulier sa petite-amie Selma, qu’ils entreprennent
de « sauver » pour ne pas qu’elle rejoigne à son tour le
bord du monde. Comme le feu qu’on attise, Eddy le surveillant de l’établissement, les entraîne dans sa guerre contre
l’ennemi intérieur. Au milieu de la paranoïa grandissante,
la psychologue scolaire Louise se débat comme elle peut
avec le pourrissement qui s’installe un peu partout, chez
les adolescents et jusque dans le quotidien de son couple.
Au-delà de la fable politique et hautement actuelle, c’est
aussi l’adolescence et la découverte de l’amour, du désir,
qui sont ici mis en lumière, et qui pourraient bien ouvrir des
portes de sortie. L’Ennemi intérieur est une pièce violente
comme le monde, mais qui jamais ne cède à cette noirceur
ambiante qui enferme.

À PROPOS DE LA PIÈCE
Depuis 2014 je cherche une formulation capable de définir l’endroit de mon
projet d’écriture. Je finis par dire « je veux écrire sur ceux qui partent ». Je
l’encadre. Je me documente, je recherche, je lis. Tout. Enfin presque. Politique,
géopolitique, témoignage, endoctrinement, embrigadement, enrôlement. Je
regarde aussi. Propagandes : témoignages de jeunes gens filmés par l’EI,
« campagne » de pub, menace, je regarde en boucle, j’écoute en boucle les
nasheeds sur une playlist. Ça devient une obsession. Je fais quand même des
pauses. Parfois je laisse un mois avant de recommencer mes recherches (il y a
des images et des chants qui restent).
J’essaie de comprendre pourquoi. Je cherche une vérité toute faite. Une raison
logique. Je n’y arrive pas. J’essaie d’écrire. Rien. Je laisse tomber. Face à tous
ces documents que j’ai pu lire, j’ai commencé à me demander ce que je pouvais
raconter de plus que ces documents-là, rédigés par des anthropologues,
10

sociologues, « repentis ». Je me suis demandée si le public voulait voir « ça »,
entendre encore une fois (les médias s’en chargent très bien) parler de « ça ».
Je lis. Je lis Martyr de Marius von Mayenburg. Je me dis « merde, il est fort ce
mec ». Je laisse tomber une seconde fois.
Novembre arrive. Il pleut. Une troisième raison pour laisser tomber.
Et puis des interrogations arrivent, jusqu’alors muettes, endormies, absentes
peut être.
Que faire après le 13 novembre 2015 ? Faut-il faire quelque chose ? Pouvonsnous faire quelque chose ? Et alors, comment le faire ? Et qui peut le faire ?
Que sommes-nous capable de faire afin de préserver nos libertés ?
Et puis un constat : La Marseillaise, l’unité nationale, le « nous », la défense
du territoire, la patrie qui se réveille, l’armée qui recrute, la peur, le déni de
nos peurs (« Not Afraid » en noir ou rouge sur pancarte), les militaires dans les

Aperçu du contenu de la page 11

Marilyn Mattei est vivante. Par ailleurs,

LEVER DE RIDEAU

LECTURE ADO

par les élèves de 2nde Arts du spectacle
du lycée Édouard Herriot

LE VIADUC

de Laura Tirandaz
Assis sur un banc dans le parc, Jonas regarde
l’eau de la fontaine qui coule lentement, sans
arrêt. Dedans, les petits bateaux se noient
sans jamais arriver à leur destination. Jonas
pense à Sofia, il pense au Viaduc qui les
fascine, tellement haut qu’il donne le vertige.
Mais ce qu’ils regardent surtout, c’est le bout
du viaduc et, au loin, la porte de sortie de la
ville...
Après une formation à l’ENSATT, Laura Tirandaz
est dramaturge sur la conception d’émissions sur
Adamov pour France Culture et réalise un documentaire sonore à Grenoble. Son texte Choco
Bé, lauréat du CNT-Artcena, est édité à Théâtre
Ouvert, enregistré pour France Culture et mis en
scène par Benjamin Moreau en co-production
avec la MC2 et le Tricycle. En 2015, invitée par le
Tricycle et Troisième Bureau elle bénéficie d’une
résidence de la région Rhône-Alpes. Elle réalise
Rouge Pirate et achève l’écriture de Martina lue à
Regards croisés 2016. Elle est autrice associée à
Troisième Bureau.

© D.R.

elle est autrice et comédienne. Elle
est l’autrice d’un triptyque autour de
l’adolescence constitué de Recracher/
Vomir, Les Mains froides et Toxic and
the Avenger. Les Mains froides (bourse
d’encouragement du CNT en 2013)
est mis en espace à Théâtre Ouvert en
février 2015 par Frédéric Fisbach, avec
les élèves comédiens de l’École du Nord,
dans le cadre d’une ÉPAT. L’Ennemi
intérieur est mis en voix en décembre
2016 par Sophie Cadieux à Théâtre
Ouvert, dans le cadre du Festival Jamais
Lu-Paris, à Montréal au Théâtre des
Ecuries ainsi qu’à Prague. Elle travaille
actuellement avec la compagnie
Rêve Général, dirigée par la metteuse
en scène Marie Normand, en tant
qu’autrice sur le projet « Les préjugés ».
Elle écrira pour ce projet Fake, édité
chez Lansman. Marilyn Mattei dirige
également des ateliers d’écriture dans
le cadre d’établissements scolaires, et
entamera une collaboration avec Nasser
Djemaï, à la rentrée prochaine, en tant
que dramaturge.

© Jean-Pierre Angei

rues, dans les métros, les regards abîmés, la poussière dans l’œil, le doute.
Et enfin un discours : Manuel Valls (merci à toi qui ignore sans doute que
j’existe). Ce jour là, le mot « guerre » a été lancé. Un point de départ. J’ai
cherché à comprendre ce que ça voulait dire « être en guerre » aujourd’hui. J’ai
fantasmé sur ce mot là, mot que je ne connais qu’à travers les cours d’Histoire
du collège et lycée, et puis j’ai vu que d’autres fantasmaient aussi sur l’idée de
ce qu’est une guerre : le nombre de candidats pour « s’engager » dans l’armée
française a doublé, idem pour le concours d’entrée de la police nationale, et
les affiches pullulent le long des arrêts de bus. Je me suis souvenue aussi d’un
gamin de 16 ans rencontré lorsque je travaillais dans des centres de vacances.
Le gamin en question avait déjà un long casier judiciaire, et il disait « moi je
fais le con parce que je connais pas la guerre. Mon grand père, lui, l’a connu et
c’est pour ça qu’il se tient droit. Moi je ne sais pas ce que c’est faire la guerre,

je ne sais pas ce que ça veut dire, il en faudrait peut-être une pour que j’arrête
de me battre, ou que je me batte pour quelque chose. Enfin ».
Je suis partie de tout « ça » pour écrire. Je crois. Écrire sur l’étau dans lequel
nous sommes. L’étau après coup. L’émotion directe, sans recul, celle qui
frappe, qui efface toute possibilité de raisonnement, prisonnier par la peur,
et par notre désir. Notre désir de faire preuve de bonne volonté, notre désir
d’action, de faire quelque chose de bien, de se battre, de trouver enfin, peut
être, notre place dans le monde.
Pour résumer, je peux dire que, finalement, je n’ai pas écrit sur ceux qui partent,
mais sur ceux qui restent. Marilyn Mattei

11

Aperçu du contenu de la page 12

12

© D.R.

Aperçu du contenu de la page 13

VENDREDI

19 MAI

BIBLIOTHÈQUE CENTRE VILLE et
NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

JOURNÉE D’ÉTUDES

organisée par l’Université de Strasbourg et l’Université Grenoble-Alpes / Laboratoires : ACCRA et Litt&Arts

Comité d’organisation
Pauline Bouchet, Sylvain Diaz
et Julie Valero

RACONTER AU THÉÂTRE AUJOURD’HUI
Mise en récit et flux médiatiques

Baignés dans un environnement numérique, les artistes d’aujourd’hui se confrontent à de nouveaux outils qui font
émerger des imaginaires en mouvement marqués par le flux et la navigation. Si la deuxième partie du XXe siècle
s’est caractérisée par la déconstruction de la fable, force est de constater que les artistes racontent encore. Quels
impacts les technologies numériques ont-elles sur l’écriture théâtrale ? De l’influence de la presse écrite sur le
théâtre documentaire aux narrations scéniques en réseaux, nous tenterons de comprendre comment les mises en
récit dramatiques sont traversées par les flux médiatiques à travers des études de cas et des rencontres avec des
artistes.
BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE CENTRE VILLE

14h30 / NOUVEAU THÉÂTRE SAINTE MARIE D’EN BAS

9h > Accueil du public
9h15 > Introduction de la journée par Julie Valero, enseignante-chercheuse

Formater, déformater l’écriture
14h30 > « Entre cadre et flux : les « performances à l’ordinateur » de
Valérie Cordy » par Julie Sermon, enseignante-chercheuse à l’Université
de Lyon 2
15h > « Ce que travaille un texte numérique au plateau : retours
d’expériences » par Eli Commins, artiste

à l’Université Grenoble-Alpes

Récit théâtral et médias d’hier à aujourd’hui
9h30 > « Informations et déformations du monde : notes sur le théâtre
documentaire » par Armelle Talbot, enseignante-chercheuse, Université
Paris 7
10h > « Ecrire en série(s) : du feuilleton aux séries théâtrales » par Pauline
Bouchet, enseignante-chercheuse à l’Université Grenoble-Alpes
10h30 > Discussion et pause

Outils et supports : vers une écriture augmentée ?
11h > « Résister aux flux ». Sylvain Diaz, enseignant-chercheur à
l’Université de Strasbourg s’entretient avec Mariette Navarro, dramaturge
12h > « Pourquoi écrire (et penser) avec les outils numériques
aujourd’hui ?  » par Gabriel de Richaud, artiste

15h30 > Pause Café

Mise en récit et flux médiatiques : Regards croisés

16h > « Présence et influence des technologies de la communication dans
les textes des auteurs du festival » par Émilie Viossat, enseignante-

chercheuse à l’Université Grenoble-Alpes

16h15 > Table ronde avec les auteurs du festival

12h30-14h30 > Pause repas
BIBLIOTHÈQUE CENTRE VILLE

18h RENCONTRE AVEC

Antoinette Rychner
Pas de côté avec Antoinette Rychner autour de son roman Le Prix
Antoinette Rychner est non seulement dramaturge mais aussi autrice de nouvelles et d’un roman
Le Prix (Buchet-Chastel, 2015) une fable drôle et tendre sur le conflit entre la vie familiale et
la solitude du créateur qui lui a valu le Prix Dentan 2015, et le Prix suisse de littérature 2016.
Cette rencontre sera l’occasion d’évoquer les allers et retours entre écriture dramaturgique
et écriture romanesque, écriture de plateau ou écriture solitaire.
Modératrice Fanette Arnaud, bibliothécaire
© Francesca Palazzi
13

Aperçu du contenu de la page 14

VENDREDI

19 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

19h30 LECTURE EN SCÈNE

EC

QUÉB

CE QUE NOUS AVONS FAIT
de Pascal Brullemans
Avec le soutien du conseil des arts du Québec

Avec
Florent Barret-Boisbertrand,
Bernard Garnier,
Charlène Girin, Danièle Klein
Mise en lecture Thierry Blanc
À l’issue de la lecture,
Rencontre avec
Pascal Brullemans
Modératrice Joëlle Gayot

« C’est l’histoire d’une famille traversée par la folie », nous
dit cette mère dont la fille est atteinte par la maladie mentale. De l’appartement plongé dans l’obscurité que Miriam
occupe en ville à la maison de ses parents, il y a le téléphone et sa sonnerie tant redoutée pour annoncer un nouvel
épisode de crise. Construite sur le mode de la répétition-variation, au rythme des « partys » de départ à la retraite des
parents chaque fois interrompus par un appel au secours,
l’écriture de Pascal Brullemans donne à sentir l’éternel
recommencement des angoisses et des tentatives de sauvetage. Comment aider un proche malade ? L’amour estil suffisant ? Comment se débat-t-on avec les sentiments
contradictoires que cela provoque ? Les instants de légèreté
sont-ils encore possibles ? Autant de questionnements que
traversent la pièce et ses personnages, jusqu’à mener l’un
d’entre eux à renverser la tendance en trouvant surprenant
que ce monde ne produise pas davantage de folie. Ce texte
saisissant de sensibilité fait œuvre de témoignage, d’autant
plus nécessaire que cette parole est trop peu écoutée par
notre société qui préfère reléguer le sujet à la sphère privée.

À PROPOS DE LA PIÈCE
Journal de création En débarquant du train géré par l’administration com-

munale, je me suis retrouvé à l’ombre des montagnes, hagard et désorienté.
À plusieurs reprises, je dus demander mon chemin aux passants.
- Pardon, sauriez-vous où je pourrais trouver l’hôpital psychiatrique ?
Chaque fois, on me jetait un regard oblique avant de me répondre poliment :
- Vous prenez la côte et vous montez.
Les Suisses sont des gens affables, mais pragmatiques. Peu importe où vous
allez, ils vous diront toujours soit de descendre, soit de monter.
En arrivant sur le site de l’hôpital de Malévoz, je me sens intimidé. Fondé il y
a plus d’un siècle, l’asile psychiatrique avait été conçu comme un village à
flanc de montagne avec ses pavillons, son église et sa ferme. Au fil du temps,
l’établissement fut converti en centre de transition pouvant accueillir chaque
année plus de deux mille patients. Une grande partie des bâtiments furent
donc réaménagés pour héberger le personnel soignant. Le reste fut transformé
en résidence d’artistes. Je tiens à préciser que je fais partie de cette troisième
catégorie de pensionnaires, puisque je suis là pour travailler sur mon texte Ce
que nous avons fait, qui aborde le thème de la maladie mentale.

14

Pascal Brullemans débute son parcours en 1994, avec Les derniers jours
du Gouverneur mis en scène par Wajdi
Mouawad. Suivra une collaboration
avec le metteur en scène Eric Jean et
la création des théâtre-romans Cassis,
Fabi et Les mystères de Quatsous,
ainsi qu’un cycle basé sur l’écriture de
plateau, incluant Camélias, Marianne
Vague, Corps étrangers, Chasseurs et
Hippocampe. Cette dernière production
obtient en 2002 le prix montréalais de
la critique. Après une première incursion
dans l’univers jeune public avec
L’armoire, l’auteur poursuit l’aventure
avec Isberg produit par la compagnie
Le clou. Puis, la pièce Vipérine qui
sera présentée dans plusieurs pays et
obtiendra le prix du meilleur texte jeune
public décerné par les journées des
auteurs de Lyon, ainsi que le prix LouiseLahaie, en 2013. À partir de 2008, l’auteur
s’associe avec la metteuse en scène
Nini Bélanger pour amorcer un cycle
sur l’hyperréalisme avec la création
d’Endormie(s) et de Beauté, Chaleur et
Mort. Cette dernière production obtient
le prix du meilleur spectacle décerné
par Carte Première en 2011. Poursuivant
sa démarche, Brullemans explore
l’autofiction pour écrire les textes
Monstres, Moi et l’autre (récipiendaire
du prix Louise-Lahaie 2015), et Ce que
nous avons fait (récipiendaire du prix
Michel-Tremblay 2016). L’auteur termine
l’écriture de son prochain texte jeune
public Petite Sorcière qui sera créé par
la compagnie Projet Mû en 2017, ainsi
qu’un projet d’écriture pour le théâtre
acrobatique de la compagnie Dynamo
théâtre prévu pour 2018.

Remontant l’allée centrale, je croise un homme au regard fuyant. S’agit-il d’un
membre du personnel, d’un malade ou d’un artiste? Je le salue sans obtenir de
réponse. C’est sans doute l’accent québécois.
La mythologie qui entoure l’hôpital psychiatrique est extrêmement puissante.
Lorsqu’on arrive à Malevoz, on ressent malgré soi une étrange impression décuplée par la présence des montagnes. Cela dit, une fois que l’on a pris ses
marques, c’est un endroit charmant pour écrire, du moment que l’on accepte
qu’une personne puisse crier à quatre heures du matin « je vais te buter, toi
et toutes les femmes! » Mais comme je vis dans Hochelaga depuis dix ans, ça
va, j’ai l’habitude.
Quelques jours après mon arrivée, j’ai repéré un sentier qui longeait la résidence et remontait vers la montagne. En observant le sommet, je fus séduit
par l’idée de contempler le paysage de là-haut. J’ai donc enfilé mes bottes
pour entreprendre l’ascension. L’écriture m’a souvent entraîné sur des chemins
imprévus. Évidemment, toutes les routes ont un point d’origine. Une sorte de
déclencheur qui nous oblige à quitter le quotidien pour arpenter le territoire
de la fiction. C’est ce que j’appelle le point de bascule. Ce moment où mes

Aperçu du contenu de la page 15

© D.R.

pensées quittent la réalité pour se déployer dans un espace inconnu. Cette
fois-ci, le point de bascule fut une rencontre avec un ami qui venait de laisser
sa fille attachée sur un lit d’hôpital, et qui m’avait confié :
- Quand je suis sorti, j’étais exténué. Je me suis appuyé contre la voiture. Je ne
savais plus si j’étais dévasté ou soulagé, alors je me suis mis à rire et à pleurer, en même temps… Et j’ai pensé que c’était moi qu’on aurait dû enfermer.
Ces paroles tournaient en boucle, pendant que je gravissais le sentier, habité
progressivement par l’idée que la maladie mentale était peut-être transmissible, non pas par un contact physique, mais via l’amour que nous partageons.
Cette pensée faisait échos aux paroles d’un médecin de Malévoz qui m’avait
expliqué le fonctionnement de l’hôpital.
- Lorsque les parents viennent porter un enfant, c’est parce qu’ils ont épuisé
toutes leurs ressources. Quand on les reçoit, on ressent une telle agressivité,
mélangée avec une détresse si profonde, qu’on a souvent envie de traiter
toute la famille!
Au bout d’une heure de marche, j’ai dû m’appuyer contre un arbre pour reprendre mon souffle, transpirant à grosses goûte. Le sentier montait toujours

en pente raide, mais l’envie d’atteindre le sommet était encore plus grande,
malgré mes jambes qui refusaient d’avancer. Mon désir était exacerbé par ma
défaillance. Refusant d’abdiquer, je repris l’ascension, mais, faisant un faux
pas, je perdis l’équilibre. Paniqué, j’ai dévalé la pente. Heureusement, ma
main attrapa une branche juste au bord de la falaise. Reprenant mon souffle,
je mesurais l’absurdité de la situation. Prendre un tel risque au nom de quoi?
Le corps tremblant, les yeux fixant le vide, j’ai pensé que, finalement, je
n’étais peut-être pas venu jusqu’ici pour écrire sur la maladie mentale, mais
plutôt pour parler de nos limites. Écrire pour raconter l’immense tristesse qui
nous habite lorsque l’on doit reconnaître que l’on est incapable de soulager
ceux qu’on aime, qu’ils soient parents, amis, amants ou enfants ? Comment apprendre à « désaimer » avant d’être contaminé par la souffrance de
l’autre ? Comment faire la paix avec notre lâcheté ?
Alors, sans savoir pourquoi, je me suis mis à rire et à pleurer, assis tout seul
au bord du gouffre.
Pascal Brullemans
15

Aperçu du contenu de la page 16

SAMEDI

20 MAI

BIBLIOTHÈQUE CENTRE VILLE

11h RENCONTRE
avec l’auteur
Marc-Antoine CYR
le metteur en scène
Grégory FAIVE
et les élèves ayant participé au Studio Théâtre

RETOURS DE STUDIO
©

C.

an
Pe

En compagnie de Joëlle GAYOT,
journaliste et productrice à France Culture
Marc-Antoine Cyr naît à Montréal en 1977. Diplômé

de l’École nationale de théâtre du Canada en 2000, il
signe une quinzaine de textes dramatiques, tant pour
le grand public que pour les enfants. Parmi ses textes
créés au Québec, Le fils de l’autre, Les oiseaux du
mercredi, Les flaques, Cinéma maison, Les soleils
pâles, Je voudrais crever. En France, son travail a été
soutenu par le Centre National du Livre et triplement
distingué par le Centre National du Théâtre. Outre la
double création de Fratrie, ses textes Les soleils pâles,
Doe - cette chose-là, Les paratonnerres, Prends soin
(take care) et Je reviendrai de nuit te parler dans les
herbes (ce dernier coécrit avec Gustave Akakpo) sont
portés à la scène. Il a été accueilli en résidence à
Quimper, Limoges, Grenoble, Saint-Antoine-l’Abbaye,
Villepinte, Strasbourg, Mexico et Beyrouth. Il cofonde
en 2014 le club d’auteurs ACMÉ (Appuyés Contre
un Mur qui s’Écroule) avec Clémence Weill, Solenn
Denis, Aurianne Abécassis et Jérémie Fabre. Il est
collaborateur artistique du Jamais Lu Paris à Théâtre
Ouvert.

Pendant trois jours, une douzaine lycéen-ne-s participent au Studio théâtre avec
l’auteur Marc-Antoine Cyr accompagné du metteur en scène Grégory Faive. Comment
parler d’une expérience singulière, personnelle et pourtant collective ? Comment
rendre compte de cette action « d’éducation artistique » autrement que par un
« spectacle » ? Par cet échange public, sous le regard avisé de Joëlle Gayot,
les jeunes participants, parleront de leur expérience...

LE STUDIO THÉÂTRE
Qu’est-ce que c’est ?
C’est un temps de rencontre privilégié entre un auteur contemporain et un groupe de lycéens sur
quatre journées. L’objectif de cette rencontre est de permettre aux jeunes lycéens d’aborder de
façon progressive un travail de plateau avec l’auteur, une mise en jeu de ses textes. Apprendre
à oser, faire sauter les barrières, oublier la timidité, jouer de la parole et du corps. Le studio
s’adresse à des lycéen-ne-s curieux du théâtre et des écritures. Une rencontre publique avec
l’auteur et les lycéens vient clore ce studio.
Qu’y font les élèves ?
Ils travaillent sur les textes de l’auteur invité. Cette année, Gens du pays, pièce inédite écrite en
résidence notamment à Grenoble en 2014 et Fratrie éditée chez Quartett (2012). Gens du pays est
une exploration théâtrale de la notion d’identité en France, à travers les yeux d’un adolescent,
écrite par un exilé et Fratrie « est une pièce fraîche, car elle respire la jeunesse : une écriture
drôle et vive, sans fioriture et, où, pourtant, tout est là. Une maison qui renferme quatre garçons,
quatre frères, dérive en territoire inconnu. Les quatre semblables, qui ne sont pas si « un » puisque
l’un d’eux se sent « pas comme les autres », sont placés dans une situation très particulière :
l’absence de père et de mère, cloués à la maison par une tempête de neige ».
C’est quand et où ?
Mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 mai 2017 de 10h à 17h
Salle Olivier Messiaen - 1, rue du Vieux-Temple à Grenoble

Les gens en face Regardez mon visage.
On ne dirait pas comme ça, mais je
ne suis pas un vrai Français.
La preuve est écrite sur une carte, que je garde
rangée dans ma poche.
La preuve se reconnaît dans les échappées de mon
accent, quand ma langue tourne et que j’oublie de faire attention. Mais sinon,
ça ne se voit pas trop.
Et je vis bien ici, parmi les autres.
Rien ne vous dit qui je suis quand je passe. Mon identité diffractée. Rien ne vous
menace non plus dans les rues que j’arpente. Dans les grandes villes on peut
choisir de s’ignorer comme on peut croiser le regard, se fatiguer d’un sourire,
l’air de dire : je te reconnais. Faisons connaissance, veux-tu ?
Si tu l’ouvrais, mon visage blanc, si tu le défaisais en miettes pour en analyser
les couleurs, tu verrais de près tout ce qui me compose : mes envies, quelques
renoncements, pas mal de désir, ma gentillesse fanée sous les rides et le poil
d’ours. Toutes choses pareilles à toi. Mais verrais-tu un pays ? Un drapeau ?
Sentirais-tu couler jusqu’à toi les parfums de défaites qui m’ont fait ? Toucherais-tu de tes doigts de la terre, une sève étrangère, la différence d’un sol ? Des
traités, des lois, des décrets d’autre part ? Trouverais-tu dans mes cellules de
quoi me retrancher de nous ? De quoi affirmer : moi ici et toi là ?
Sur ma route d’exilé, j’ai rencontré d’innombrables visages. Yeux, bouches,
16

corps bigarrés. Beaucoup de faux Français, et quelques-uns, des vrais. Je ne
fais pas toujours bien la différence entre les deux. Mais je sais de manière
entêtante que, vrais ou pas, nous dessinons toutes et tous le visage de la
France de maintenant. Et qu’il est majestueux de tant de fragments mêlés. De
tant d’ensemble obligé.
Quand depuis tout en haut on nous surplombe de ces mots : déchéance,
souche, nation Quand les faciès sont contrôlés arbitrairement dans les métros Quand par centaines aux lendemains des tumultes on met aux fenêtres des
drapeaux - Quand on se dit extrêmement fier Quand on entonne encore cet hymne qui dit aux armes, qui parle d’impur et
de sang Alors je referme mon visage.
Je tente de refaire un de ces fragments.
Je soulève la main comme un pesant bouclier.
J’écris à poings fermés de la fiction.
Je combats l’époque menteuse.
Marc-Antoine Cyr
			

© Bernard Garnier

À PROPOS DE GENS DU PAYS

Aperçu du contenu de la page 17

17

Aperçu du contenu de la page 18

SAMEDI

20 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

18h LECTURE EN SCÈNE

En partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Grenoble
Pour la deuxième année consécutive, Troisième bureau et le conservatoire s’associent
pour développer la pratique de la lecture des écritures théâtrales contemporaines avec les élèves.

RE
ETER
ANGL ADA
CAN

PRONOM
de Evan Placey

Traduit de l’anglais par Adélaïde Pralon

Avec
Bryan Ballet, Agathe Barat,
Louana Boroli, Marie Champion,
Garance Clerc, Hassen Fialip,
Clara Jolfre, Josias Landolfi,
Arthur Ravix
élèves de CEPI du Conservatoire
de Grenoble
Mise en lecture Sylvie Jobert

« La vie et les chromosomes de nos parents choisissent pour nous si nous
serons ou bien une femme ou bien un homme, mais parfois on dirait que la
nature a fait fausse route. C’est le cas d’Izzy qui ne se retrouve pas dans
ce corps de fille qu’elle a reçu et qui ne lui a finalement jamais vraiment
convenu. Quand elle annonce à ses proches qu’elle souhaite devenir un
garçon, c’est un peu la déroute pour tout le monde. Ses parents ont du
mal à se figurer que leur petite princesse s’appelle maintenant Dean et
qu’il faudra dire « il » pour parler de leur enfant, la bande de copains
accepte parfaitement sa décision mais quand même ce serait bien de porter
une jupe au mariage de Kyle et d’Amy, et Josh le petit-ami ne sait plus
trop ce qu’il devient dans cette histoire et ce qu’il doit faire de cet amour
qu’il continue de nourrir pour Izzy/Dean. S’invitent tout au long du récit les
voix de médecins parlant traitement hormonal et intervention chirurgicale
et la voix rassurante d’un James Dean tout droit sorti du poster affiché dans
la chambre de l’adolescent. Cette transformation est (d)écrite par Evan
Placey comme un parcours, une traversée durant laquelle Dean assoit son
choix auprès des autres et de lui-même. Pronom est une pièce pleine de
tendresse qui n’a pas peur des émotions et qui n’hésite pas à faire un piedde-nez aux préjugés tenaces sur les transgenres. »

À PROPOS DE LA PIÈCE

Pronom a été conçu pour des raisons de visibilité et de représentation. Ou
plutôt, parce qu’il y a manque. Dans le théâtre pour la jeunesse, je ne voyais
pas de personnages transgenre, j’ai donc voulu mettre un personnage trans
au centre. Durant ma jeunesse de jeune homme gay, j’adorais les comédies
sentimentales, mais en prenant de l’âge, j’ai trouvé qu’elles manquaient
de personnages LGTB (Lesbiens, Gays, Bi, Trans) ou, quand il y en avait,
ils n’arrivaient jamais à s’attacher la personne désirée. Les protagonistes
pouvaient arriver à se trouver eux-mêmes et à s’accepter, mais à condition
de sacrifier leurs intérêts amoureux. Moi, je voulais écrire un texte où le héros
pouvait obtenir l’un et l’autre. Je me posais la question, si l’amour était plus fort
que le genre ou la sexualité, autrement dit : qu’arriverait-il à un jeune couple
18

hétéro si l’un d’eux faisait son coming out et se révélerait trans ? L’intrigue de
Pronom s’est tout naturellement imposée à partir de là. J’ai toujours aimé James
Dean, le pin-up, le summum de la masculinité, mais en même temps ce n’est
pas vrai : tout ça n’est que performance. Et j’ai commencé à me poser des
questions. Et si le modèle auquel aspirait mon protagoniste était James Dean ?
Puis, de manière plus dramatique : et si James Dean en personne était sa
« bonne fée  » ? Ainsi est né le personnage de Dean. Au Royaume Uni, on parle
beaucoup de « tolérance » et d’être « tolérant » face à la différence. Mais moi,
je ne veux pas vivre dans ce monde-là. Je veux vivre quelque part où on prend
l’autre dans ses bras, où on l’accepte où on l’aime. Pas là, où on le tolère.
C’est ça que je mets au centre de mon écriture. Evan Placey

Aperçu du contenu de la page 19

Auteur canadien de langue anglaise, Evan
Placey vit actuellement à Londres. Il a écrit
Mother of Him (Prix du King Cross pour les
nouvelles écritures britanniques et du Samuel
French Canadian Play Contest ; Banana Boys ;
How Was It For You ; Suicide(s) in Vegas ;
Scarberia ; Scan Artists et Little Criminals.
Coproduit par le Unicorn Theatre et le Synergy
Theatre, son texte Holloway Jones a été joué
dans différentes écoles et a obtenu le prix Brian
Way de la meilleure pièce jeunesse en 2012.
Sa dernière pièce, Pronoun, a été présentée au
festival Connections du National Theater. Ses
pièces sont jouées au Royaume-Uni, au Canada,
en Israël, en Corée du Sud, en Italie et en Croatie.
Il a écrit plusieurs pièces courtes, un recueil de
poèmes et des scénarios pour la télévision.
Evan Placey est aussi maître de conférences
à l’Université de Southampton et anime des
ateliers d’écriture, notamment en prison. Ces
filles-là (Girls like that), coproduite en 2013 par
le Birmingham REP, le Théâtre Royal Plymouth et
la Maison du Théâtre de West Yorkshire et, plus
récemment, par le Synergy Theatre et le Unicorn
Theatre, a obtenu le prix de la meilleure pièce
jeune public de la Writers’ Guild.
Comédienne, metteure en scène et dramaturge,
Adélaïde Pralon dirige la compagnie Tout
le désert à boire et suit depuis 2007 Valère
Novarina dans son travail en France et en Europe.
Elle traduit régulièrement des romans pour les
éditions Liana Levi, parmi lesquels Kapitoil
de Teddy Wayne (lauréat du prix de traduction
Pierre-François Caillé), Les Fiancées d’Odessa de
Janet Skelsien Charles, L’Autre côté des docks
d’Ivy Pochoda (prix Page America 2013) et les
romans de Qiu Xiaolong . Elle rejoint le comité
anglais de la maison Antoine Vitez en 2010 et
traduit plusieurs auteurs _ Simon Stephens,
Liz Duffy Adams, Nicola Wilson _ et surtout
l’œuvre prolifique d’Evan Placey. Elle écrit aussi
ses propres textes et prépare actuellement un
spectacle sur George Sand qui sera créé en
octobre 2017 au théâtre Csokonai de Debrecen,
en Hongrie.

Mercredi 17 mai à 20h
Jeudi 18 mai à 10h et 14h15
© Jean-Pierre Angei

L’Heure Bleue / Saint-Martin-d’Hères
HOLLOWAY JONES de Evan Placey
Traduit de l’anglais par Adélaïde Pralon
Création de la Compagnie Ariadne
Mise en scène Anne Courel
Réservation : 04 76 14 08 08

Aperçu du contenu de la page 20

SAMEDI

20 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

20h LECTURE EN SCÈNE

CHE

I
AUTR

viande en boîte
de Ferdinand Schmalz

Traduit de l’allemand (Autriche) par Henri Christophe
Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez,
centre international de la traduction théâtrale
Avec
Thierry Blanc, Enzo Cormann,
Hélène Gratet, Sophie Vaude,
et Camille Vitté à la création
sonore
Mise en lecture Enzo Cormann
À l’issue de la lecture,
rencontre avec
Ferdinand Schmalz
et Henri Christophe
Modérateur Enzo Cormann

Il est des endroits où il ne fait pas bon s’attarder : c’est le cas
de ce restoroute où va se dérouler un thriller macabre à quatre
personnages. Agent d’assurance, Rolf vient pour enquêter sur la
structure sous-jacente – imagine-t-il – qui mène cette portion
d’autoroute à être le lieu d’accidents répétés et inexpliqués.
Beate, la patronne des murs et ancienne personnalité du petit
écran, accompagnée de la séduisante Jayne qui a planté la
tente ici depuis un certain temps, surveille de près cet homme
un peu trop curieux à son goût. Toutes deux ont eu affaire à la
violence des autoroutes et se chargent aujourd’hui d’organiser
le sabotage de ces entailles de goudron dans le paysage.
Depuis l’habitacle de son camion stationné sur l’aire de repos,
un routier observe et commente pour nous la scène qui se joue
sous ses yeux. Dans l’obscurité d’une nuit fendue par les phares
de voiture, les lampadaires qu’attirent les papillons de nuit et
les nouvelles diffusées par radio infotrafic, le temps s’étire,
pesant, au grand dam d’un Rolf qui aurait mieux fait de passer
son chemin.

À PROPOS DE LA PIÈCE

Point de départ : Lieu de l’accident L’été 2013, le soleil californien
haut dans le ciel, je me trouve au bord de la Route 41, à l’endroit où elle
croise la Route 46, là où aujourd’hui on peut voir une pancarte avec l’inscription
« James Dean Memorial Junction », exactement à l’endroit où, le 30 septembre
1955, James Dean, sans avoir freiné, heurte de plein fouet une voiture qui arrive
en face. Ses derniers mots : « C’est à lui de s’arrêter. Il nous verra ». Rolf
Wütherich, son copilote, est éjecté de la voiture de sport portant le sobriquet
« little bastard ». Wütherich survit, alors que la Star meurt avant d’arriver à
l’hôpital.
20

Non loin du lieu de l’accident, une famille typiquement californienne, en forme,
bronzée, gâtée par la vie, sans la moindre écorchure et pourtant fascinée par
cet accident.
Les accidents de ce genre ont un drôle de pouvoir d’attraction. Toujours et
encore ils griffent et cabossent la surface lisse de la façade hollywoodienne.
À travers l’accident éclate une chose imprévisible qui traverse alors les vies
si impeccablement mises en scène. Il faut que ça fonctionne, il faut que ça
avance sans heurts, nos vies, que ça se glisse à l’intérieur des formes toujours
identiques et les remplisse avec autant de créativité que possible. Comme si la

Aperçu du contenu de la page 21

Ferdinand Schmalz est né à Graz en Autriche
en 1985. Il vit et travaille à Vienne. En 2013 il a
reçu le prix de Retzhof pour sa pièce A l’exemple
du beurre. En 2014 il a été invité aux “Journées
du Théâtre” à Mülheim. La revue “Theater Heut”
l’a nommé “Jeune auteur” de l’année 2014. En
juin 2015 la première de sa pièce Viande en
boîte a eu lieu au “Deutsches Theater” à Berlin,
lors des “Journées d’Auteurs Dramatiques” dans
une mise en scène du Burgtheater Vienne. En
2016 Viande en boîte a été nominé pour le Prix
d’Art Dramatique de Mühlheim. En novembre
2015 sa pièce Der herzerlfresser (le croqueur de
coeurs) a été monté une première fois à Leipzig,
et der thermale widerstand (la résistance thermale) en septembre 2016 à Zurich. Cette pièce
a été nominée pour le Prix d’Art Dramatique 2017
de Mülheim.

© D.R.

Autrichien de nationalité, Heinz Schwarzinger vit à Paris depuis 1969. Il traduit principalement du théâtre, au début en collaboration avec
des auteurs français, puis seul, sous le pseudonyme de Henri Christophe. Il reçoit en 1991 le
prix Autrichien de la traduction littéraire. Il édite
l’œuvre complète de Ödön von Horvath et le
théâtre d’Arthur Schnitzler, réalise depuis 1986
les Journées du théâtre autrichien à Paris, et de
1991 à 2015 les Journées du théâtre francophone
à Vienne. Il a traduit notamment des textes de
Elias Canetti, Händl Klaus, Ödön von Horvath,
Elfriede Jelinek, Karl Kraus, Felix Mitterer, Heiner Müller, Einar Schleef, Ferdinand Schmalz,
Arthur Schnitzler, Werner Schwab, Peter Turrini,
Richard Wagner, Frank Wedekind et Enzo Cormann, Pierre Corneille, Carole Fréchette, Alfred
Jarry, Joël Jouanneau, Armando Llamas, Jean
Louvet, Marivaux, Molière, Jean-Marie Piemme,
Jean-Michel Ribes, Larry Tremblay.

vie n’était qu’un formulaire que nous devons remplir correctement. Et pourtant,
il nous reste l’obscur sentiment qu’il y a davantage, qu’au-delà du formulaire
de notre vie, il doit y avoir autre chose encore. Et à partir de ce sentiment
la peur grandit en nous, la peur qu’un désordre, né de cet « off », puisse
peut-être advenir et chambouler l’ordre. Et de peur on se met à construire des
barrières, on veut s’acheter une sécurité, on souscrit des contrats d’assurance
sur notre petite vie. Ainsi enfermé dans notre carrière comme dans un cagibi,
l’air se raréfie toujours plus. Et vient alors le désir de se détourner du droit
chemin, de prendre la direction de l’inévitable, de l’événement qui viendra

casser la gangue qui enferme notre corps. Découvrir l’accident comme une
chance peut-être.
Les semaines à venir, je les passe « on the road », mes journées sur des
highways sans fin, mes nuits dans des motels en écrivant viande en boîte.
Ferdinand Schmalz

21

Aperçu du contenu de la page 22

DIMANCHE

21 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

17h LECTURE EN SCÈNE

E

C
FRAN

Avec
Sarah Barrau, Florent BarretBoisbertrand, Bernard Garnier,
Sylvie Jobert, Dominique
Laidet, Guillaume Mika,
Hyppolite Onokoko Diumi,
Laura Tirandaz, Nanténé
Traoré

SI L’AMOUR N’ÉTAIT PAS
de Thierry Beucher

Si l’amour n’était pas est une fresque. S’y dévoile une galerie de personnages
tous un peu largués à leur endroit mais tous terriblement attachants. Il y
a la mère de famille fatiguée par le travail et le tourment que lui causent
ses enfants, le professeur chamboulé par une jeune femme qui vient de
mettre au monde leur fils, le militant qui se bat contre la violence du néolibéralisme, l’étranger ayant fui la guerre, Yavelde la prostituée au grand
cœur, le vieux Héphaïs qui passe ses journées à la déchetterie, et d’autres
encore. Leurs histoires se croisent, se frôlent puis se rejoignent dans un
tissage laissant apparaître un groupe qui ne se sait pas et d’où jaillit ce
qui pourrait être une peinture de l’humanité et de sa force de vie, alors
même que cette vie n’est pas tendre avec eux. Au dehors, la rue exprime
sa colère face à un monde qu’ils feraient volontiers exploser en un grand
feu d’artifices. Un vent de liberté et de fureur souffle sur la pièce de Thierry
Beucher.

Mise en lecture Hélène Gratet
et Laura Tirandaz
À l’issue de la lecture,
rencontre avec
Thierry Beucher
Modératrice Fanette Arnaud

À PROPOS DE LA PIÈCE

Qu’est-ce qui a motivé ou provoqué l’écriture de Si l’amour
n’était pas ?
Cette pièce est née loin de France, dans la solitude d’un voyage, dans un
quartier précis, Lapa, à Rio de Janeiro. Une nuit comme une autre, où des
rencontres de hasard s’agrègent autour de discussions qui évoquent pêle-mêle,
les difficultés de la vie, du travail, des sentiments, mais aussi les désastres du
monde, les riches et les pauvres, la corruption des politiques ou la violence
des flics.
- Des communautés éphémères qui se constituent sur des rapports de langage
ou de désirs, qui boivent et dansent jusqu’à l’aube avant de se disloquer,
jusqu’à une nuit prochaine, où elles se reconstitueront à nouveau, avec les
mêmes, ou bien avec d’autres.
Au-delà des faits précis, c’est ce mouvement-là que je voulais saisir, pour
le confronter ensuite, de retour, avec les événements récents et la vie
22

d’ici. Je voulais saisir ce mouvement, qui par l’ouverture qu’il crée, permet
non seulement un rapprochement des êtres, mais qui le faisant, vient aussi
bousculer le partage habituel des places de chacun, et donner ainsi de ce
monde – ici ou ailleurs, une vision autre que celle, atrophiée, que les néo/
ordo libéraux et néoconservateurs de tous genres, nous imposent plus ou moins
directement, avec la violence que l’on sait.
Je ne sais pas du tout si ce que j’écris est politique. En fait, je ne le pense pas.
J’essaie simplement de me situer dans un écart, et avant même de pouvoir
nommer cet écart, de saisir le mouvement d’une persistance des pensées et de
notre être sensible, qui par le lien que ce rapprochement découvre, affirmerait
par la négative, non seulement que ce monde est bien celui d’une destruction,
mais qu’il y demeure malgré tout une espérance autre, qui si elle n’est pas
intacte, du moins persiste à demeurer autre.

Thierry Beucher

Aperçu du contenu de la page 23

SAMEDI
20 MAI
DIMANCHE
21 MAI
RESTAURANT L’ATYPIK

12h30 À LA TABLE DU FESTIVAL

Auteur et metteur en scène, Si l’amour
n’était pas est la douzième pièce
de Thierry Beucher. Diplômé du
Conservatoire National de Région de
Rennes (1985 à 1988), il a participé à
une vingtaine de spectacles comme
acteur, avec différentes compagnies
de la région Bretagne (Cie de
l’Embarcadère, Théâtre Icare, Digor
Dor, Théâtre Berloul). Depuis 2011,
il est aussi le directeur artistique du
Théâtre de l’Intranquillité. Chien crevé
sous la lune, Presse Universitaire de
Rennes, 2001.

Nous vous convions à partager la table du festival pour
retrouver autrices, auteurs, traductrices, traducteurs,
comédien-ne-s, technicien-ne-s, membres du collectif,
bénévoles… le temps d’un repas.
C’est les samedi 20 et dimanche 21 à midi. C’est au
restaurant L’Atypik en face du théâtre. Le prix du repas
est raisonnable.
Pour y participer, il suffit de réserver en appelant le
restaurant au 09 67 33 12 94

© Jean-Pierre Angei

© D.R.

Sur réservation

23

Aperçu du contenu de la page 24

LUNDI

22 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

14h TABLE RONDE

DE LA RÉSIDENCE À LA CRÉATION
# ACTE 2
Avec
Julie Aminthe,
Nicoleta Esinencu,
Carine Lacroix,
Antoinette Rychner,
Laura Tirandaz, autrices,
Jean-Paul Angot, Martine
Maurice pour la MC2,
Carine d’Inca, Fanette Arnaud
pour les Bibliothèques de
Grenoble, Jacques Puech
pour Textes en l’air, Antoine
Choplin, Céline Saint-Martin
pour l’Arpenteur,
Eliane Sausse, Laurence
Bardini pour l’Atelier Arts
Sciences - l’Hexagone de
Meylan et des partenaires
institutionnels, des
comédiens, metteurs en
scène, responsables de lieu...

Des structures culturelles et artistiques œuvrant sur le territoire métropolitain,
départemental, régional – les Bibliothèques de Grenoble, la MC2 : Grenoble,
Troisième bureau, l’Hexagone de Meylan Scène nationale Arts Sciences,
le festival Textes en l’air à Saint-Antoine l’Abbaye, le festival de l’Arpenteur
en Grésivaudan – invitent régulièrement des autrices et auteurs
en résidence d’écriture, chacune définissant objectif et cadre
à ces résidences entre projet d’auteur et commande d’écriture.
 
Lors du festival 2016, nous avions organisé une table ronde avec ces partenaires pour
échanger sur l’organisation des résidences, leurs modes de financements, les effets
qu’elles ont sur la vie des structures accueillantes, sur les publics et sur les territoires.
Et les auteurs et autrices accueilli-e-s s’étaient exprimé-e-s sur ce qu’ils-elles attendaient d’une résidence, de ce moment privilégié pour écrire ou laisser infuser ce que
serait leur futur texte… Et sur le temps pris pour les ateliers et les rencontres comme
ferment d’écriture.
Le temps nous avait manqué pour parler du devenir des textes écrits en résidence.
En 2016, le festival Textes en l’air accueillait en résidence Carine Lacroix, et nous recevions en partenariat avec la MC2 l’autrice moldave Nicoleta Esinencu et en partenariat
avec le Tricycle, Julie Aminthe. En mars et avril 2017, Troisième bureau et la MC2 ont
invité l’autrice suisse Antoinette Rychner. Trois résidences soutenues par le Centre
National du Livre. Durant ou à l’issue de ces résidences sont nés des textes.
C’est pour échanger avec ces autrices et écouter la lecture d’extraits de leurs textes
écrits en résidence, textes en chantier, en devenir ou aboutis, que nous vous convions.

L’association Textes en l’air
fait son festival à Saint-Antoine-l’Abbaye
du 26 au 30 juillet 2017

© Guillaume Perret

24

© D.R.

© Jean-Pierre Angei

Aperçu du contenu de la page 25

LUNDI

22 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

18h PLATEAU DIPLOMATIQUE

MIGRANCES…

avec Anouk Flamant
et Jocelyne Streiff-Fenart

Modérateur Thierry Blanc

Ce sont d’abord des images qui nous les ont rendus célèbres.
Les baraquements insalubres de Calais et sa jungle, les
barbelés de l’Est ou du Sud de l’Europe sur lesquels leurs
corps viennent se déchirer, les camps de rétention en
Grèce, en Italie, en Turquie… Mais incontestablement celles
qui les ont définitivement fait rentrer dans notre imaginaire
collectif, ce sont celles de la Méditerranée. Images de
bateaux de fortune chargés de centaine d’entre eux, prêts à
tenter malgré tous les dangers l’improbable traversée quitte
à y sombrer ; images de ces mêmes bateaux secourus par
des gardes côtes ; images de cadavres flottants repêchés
entre deux eaux. Enfin, glaçantes, et qui hanteront l’Europe
pendant encore longtemps, images d’un enfant le visage a
moitié enfouie dans le sable mouillé, et découvert mort au
petit matin sur une plage des côtes européennes... Dans le
cadre des Plateaux diplomatiques, partenariat initié
avec le Monde diplomatique et la Compagnie des Fils depuis
2013, ce sera donc sur les pas des « migrants » et autres
« réfugiés » que nous irons. Nous questionnerons leurs
origines, leurs destinations, les chiffres, les réponses
européennes, les réponses africaines, les manipulations
politiques, et aussi l’Histoire des migrations…

Jocelyne Streiff-Fénart, directrice de recherche émerite au
CNRS, est spécialiste des migrations internationales qu’elle
étudie sur des terrains français et africains (Mauritanie, Mali).
Elle a publié de nombreux ouvrages et articles sur les migrations
familiales, les politiques migratoires, les mobilités étudiantes,
le racisme, les migrations dans les villes africaines. Elle a par
ailleurs fourni de nombreuses contributions à l’analyse des frontières et des catégorisations ethniques, dont un ouvrage Théories
de l’ethnicité paru en 1995 aux Presses Universitaires de France,
traduit en serbo-croate, italien, portugais, turc.
Avec la participation des associations APARDAP et MIGRANTS en Isère

© Bernard Garnier

Anouk Flamant, post doctorante à l’institut français d’éducation.
Docteure en science politique de l’université de Lyon, ses travaux
de recherche doctorale ont porté sur les politiques municipales
à destination des étrangers. Elle poursuit ses questionnements à
travers les politiques d’accueil des villes européennes dans le
contexte contemporain.

25

Aperçu du contenu de la page 26

LUNDI

22 MAI

NOUVEAU THEATRE SAINTE MARIE D’EN BAS

20H LECTURE EN SCÈNE

COMMENT RETENIR SA RESPIRATION
de Zinnie Harris
Traduit de l’anglais
par Blandine Pélissier
Avec le soutien
de la Maison Antoine Vitez,
centre international de la
traduction théâtrale
Avec
Sarah Barrau, Stéphane
Czopek, Hélène Gratet,
Léo Ferber, Danièle Klein,
Jean-Philippe Salerio
Mise en lecture Thierry Blanc

Dana passe une folle nuit d’amour avec Jarron, un homme
rencontré dans un bar. Au réveil, celui-ci entend la payer.
Humiliée de s’être trompée sur ce qu’elle prenait pour un
coup de foudre partagé, elle refuse. Ce qui semblait n’être
qu’un quiproquo devient une menace. L’homme qui dit
être un diable n’en finit pas d’insister : il a une dette envers elle et il mettra tout en œuvre pour la régler. Plus tard
nous retrouvons Dana lors d’un entretien pour l’obtention
d’une bourse de recherche pour ses travaux sur les comportements du client. Troublée par ce qui lui arrive, elle perd
ses moyens devant le jury. Contre toute attente, un second
entretien lui est proposé à… Alexandrie. C’est le début d’une
longue odyssée semée d’embuches qui semblent avoir été
commanditées par Jarron. Accompagnée de sa sœur Jasmine, Dana esquive tout au long du périple les tentatives
masquées de ce démon mystérieux pour honorer son dû.
C’est bientôt toute l’Europe qui vacille dans un scénario
catastrophe, de la faillite des banques à la fermeture des
frontières les empêchant de passer au sud. Dans cette pièce
en forme de récit d’anticipation, Zinnie Harris explore la
possibilité d’un renversement de l’ordre mondial, comme un
flash, comme une faille impensée.

DE
GRAN NE
G
A
T
BRE

Zinnie Harris est représentée par Renauld & Richardson (info@parismcr.com)
pour les pays francophones en accord avec Casarotto, Ramsey & Associates Ltd, Londres.

À PROPOS DE LA PIÈCE

Qu’est ce qui a motivé ou provoqué l’écriture de ce texte ?
Ces dernières années, j’ai été frappée de constater à quel point nous nous
sentions en sécurité dans nos existences, nos maisons, notre niveau de vie.
Parce que nous sommes en Europe et que donc, rien de grave ne peut arriver.
Cette naïveté et le manque d’engagement qui en découle me mettaient vraiment
en colère, et c’est ce qui m’a donné envie d’écrire cette pièce.
Les changements cataclysmiques, ça peut arriver. On a pu le constater ces
deux dernières années. Tout ce sur quoi on compte, tout ce en quoi on croit
peut être totalement bouleversé, balayé du jour au lendemain.
C’est évident que jusqu’ici, nous avons été très chanceux en Occident. Mais
cela ne nous donne pas le droit d’ignorer la détresse immense des autres.
Lorsqu’on regarde des réfugiés, il faut se rappeler que ce n’est qu’une histoire
de chance et de dés tombés du bon côté si nous ne sommes pas à leur place.
J’ai écrit cette pièce en 2013, quand les premiers bateaux de réfugiés ont
26

commencé à traverser la Méditerranée. On parlait beaucoup aux nouvelles d’un
bateau qui venait de couler, avec de nombreux noyés. Je me vois encore, assise
derrière une personne qui lisait le journal dans le train, et l’entendre dire avec
arrogance à son compagnon : « Je ne comprends pas pourquoi ils font ça ». Je
sentais cette attitude fréquente au Royaume-Uni et cela m’a rendue furieuse.
J’avais besoin d’écrire une pièce pour répondre à cette femme et à tout ceux
qui se posent cette question : « Ils le font parce qu’ils sont prêts à tout. Oui
c’est un voyage dangereux, oui ils risquent leur vie, et celle de leurs enfants et
oui ils arrivent sans rien dans un endroit où ils ne seront probablement pas les
bienvenus, mais ils doivent le faire parce qu’ils n’ont pas le choix. Si vous ne
pouvez pas imaginer ce que c’est que d’être à ce point prêt à tout, et bien c’est
que vous avez vraiment beaucoup de chance ». Zinnie Harris

Aperçu du contenu de la page 27

© Sue Torkington

Autrice britannique, Zinnie Harris s’est imposée sur les plus
grandes scènes de Grande-Bretagne. Lauréate du Festival Fringe
d’Edimbourg en 2001, elle travaille ensuite à l’écriture de pièces
qui lui ont été commandées par le Royal Court, le Royal Lyceum
Theatre d’Edimbourg, le Royal National Theatre et le Tron Theatre
de Glasgow. En 2000-2001, elle a été autrice en résidence de la
Royal Shakespeare Company et nommée comme meilleur espoir du
Evening Standard Award en novembre 2000. En 2004, elle reçoit
The Arts Foundation Award for Playwrighting. Elle est, depuis 2015,
metteuse en scène associée au Traverse Theatre d’Edimbourg.
Cette même année le Royal Court Theatre de Londres produit sa
pièce, How To Hold Your Breath (Comment retenir sa respiration)
dans une mise en scène de Vicky Featherstone. En 2016, sa dernière pièce, Oresteia : This Restless House, est mise en scène par
Dominic Hill au Citizens Theatre, Glasgow. Elle sera reprise en août
2017 au Festival International d’Édimbourg où Zinnie aura trois productions. En France, ses pièces sont montées par Richard Brunel,
Sandrine Lanno, Guy Delamotte, Guy-Pierre Couleau, François Parmentier... Hiver (suivi de Crépuscule) et Plus loin que loin sont
publiées en France à l’avant-scène théâtre−Quatre-Vents.

LEVER DE RIDEAU

Metteuse en scène, traductrice de théâtre contemporain et comédienne, Blandine Pélissier explore ainsi trois voies de l’interprétation intimement liées. Membre depuis 1997 de la Maison
Antoine Vitez (Centre international de la traduction théâtrale),
elle s’attache à découvrir et faire connaître les auteurs et autrices
contemporain-e-s reconnu-e-s ou émergent-e-s du domaine anglo-saxon, comme Alan Ayckbourn, Mike Bartlett, Marie Clements,
Richard Dresser, Eve Ensler, debbie tucker green, David Greig, Zinnie Harris, Tomson Highway, Cindy Lou Johnson, Lucy Kirkwood,
Linda McLean, Rebecca Lenkiewicz, Rona Munro, Gary Owen, Morris
Panych, Joe Penhall… ainsi que William Shakespeare. Elle a traduit
près d’une soixantaine de pièces dont une quinzaine sont publiées
aux Éditions Théâtrales, à l’Avant-scène Théâtre ou chez Actes
Sud-Papiers et/ou ont fait l’objet d’une production scénique ou
radiophonique à France Culture. Elle travaille actuellement sur sa
prochaine mise en scène, Paysage Intérieur Brut, de Marie Dilasser.

LECTURE ADO

par les élèves de 2nde 1 et 2nde GT4 du lycée Argouges

FONDRE
© Sophie Bassouls

de Guillaume Poix
Tout ce qu’ils savent c’est qu’ils sont quelque part ou il fait froid. C’était
l’idée de Jonas, ou de Sofia peut être? Plus sécure, soi-disant. Plus
discret. Mais les pieds gèlent, et quand on sautille on bascule, ou on
risque de fendre la glace et de couler, alors il faut faire gaffe. Se laisser
chavirer, lentement, et espérer arriver à bon port.

Guillaume Poix, comédien, dramaturge,
metteur en scène, est l’auteur de plusieurs
pièces dont Waste, lue à la Mousson d’été
2015 et mis en scène par Johanny Bert au
Poche/GVE (Genève), en 2016, et Straight,
publiée chez Théâtrales, lauréate des Journées de Lyon des auteurs de théâtre 2014 et
de l’aide à la création du CNT 2014, finaliste
du prix Sony-Labou-Transi des Lycéens 20152016, lue à Regards Croisés 2015. Membre du
collectif Troisième bureau, il est dramaturge
associé au Poche/GVE pour la saison 20152016. Il met en scène son texte Tout entière
je regarde le monde – Il ne me voit pas au
Préau à Vire en 2016.
27

Aperçu du contenu de la page 28

BIBLIOGRAPHIE DES AUTEURS
Julie Aminthe
Publications aux Éditions Quartett

À pas de Lou et Avec Nous l’Apocalypse, 2016
Une famille aimante mérite de faire un vrai repas, 2014
Pascal Brullemans 
Ce que nous avons fait, Lansman, 2015 
Vipérine, Lansman, 2012 
Monstres, Lansman, 2012
Beauté, chaleur et mort, Lansman, 2012
Marc-Antoine Cyr
Je reviendrai de nuit te parler dans les herbes, Lansman, 2015
Ceux qui manquent, Quartett, 2015
Les Paratonnerres, Quartett, 2013
Fratrie, Quartett, 2011
Quand tu seras un homme, Quartett, 2009
 
Marie Dilasser 
Paysage intérieur brut, Quartett, 2015
Les vieilles in Métiers de nuit, Lansman, 2012 
Le chat de Schrödinger en Tchétchénie in Le monde me tue, Espaces 34,
2006 
Décomposition d’un déjeuner anglais, Les Solitaires Intempestifs, 2005 
Me zo gwin ha te zo dour, Les Solitaires Intempestifs, 2003
Nicoleta Esinencu
Fuck YOu Eu.ro.pa ! / Sans sucre / A(II) Rh+ / Mères sans chatte,
L’espace d’un instant, 2016
Le Septième Kafana, L’espace d’un instant, 2004
Zinnie Harris
Plus loin que loin, L’Avant-scène Théâtre, 2008
Hiver, L’Avant-scène Théâtre, 2007

Claire Rengade
Trois, Color Gang, 2016
Et maintenant posez moi des questions, Espaces 34, 2015
Buggation, Espaces 34, 2014
Déménagements, Espaces 34, 2013
Les Terriens, Espaces 34, 2011
À chaque étage on voit la mer, Espaces 34, 2009
Ceux qui ne sont pas là, levez-vous, Color Gang, 2009
Le fil qui sort du métier, Color Gang, 2009
Ma plus grande pièce c’est dehors, Espaces 34, 2008
Nous c’est juste des jeux, Color Gang, 2007
Assez de poésie le troupeau, Color Gang, 2006
Gabardine, Color Gang, 2006
C’est pas arrosé avec l’eau du ciel, Color Gang, 2006
Antoinette Rychner
Arlette, Les Solitaires Intempestifs, 2017
Devenir Pré, D’autre Part, 2016
Le Prix, Buchet Castel, 2015
Lettre au chat, D’autre part, 2015
Intimité data storage, Les Solitaires Intempestifs, 2013
De mémoire d’estomac, Lansman, 2011
Ecrire du théâtre pour être joué, Lansman, 2011
Petite collection d’instants fossiles, L’Hèbe, 2010
La scène aux Ados : Tome 6, Lansman, 2009
Laura Tirandaz
Revue Rumeurs n°1, La rumeur libre, 2016
Lichen n°6 - revue de poésie, Lichen, 2016
Lichen n°9 - revue de poésie, Lichen, 2016
Choco Bé, Théâtre Ouvert, Tapuscrit, 2013

Carine Lacroix
Burn baby burn, L’Avant-scène Théâtre, 2006
Une fille sans personne, L’Avant-scène Théâtre, 2011
Marilyn Mattei
L’Ennemi intérieur, Théâtre Ouvert, Tapuscrit 134, 2016 
Les Préjugés, Lansman, 2016 
Recracher/Vomir in La scène aux ados 12 Lansman, 2015
Magali Mougel
Elle pas princesse Lui pas héros, Actes Sud-Papiers, Heyoka jeunesse,
2016
Publications aux Éditions Espaces 34 
Penthy sur la bande, 2016
Suzy Storck, 2014. Pièce finaliste du Grand prix de littérature dramatique
2014 
Guérillères ordinaires, 2013

Erwin Motor, dévotion, 2012. Pièce finaliste du Grand prix de littérature
dramatique 2013


Guillaume Poix
Straight, Éditions Théâtrales, 2015
28

© Jean-Pierre Angei

Evan Placey
Holloway Jones, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2016

Aperçu du contenu de la page 29

UN ATELIER D’ÉCRITURE

SUIVEZ-NOUS
SUR FACEBOOK !

avec l’autrice Claire Rengade

En partenariat avec la Maison des Habitants Centre ville
Nous avons souhaité engager une collaboration avec la Maison
des Habitants voisine du Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas
en proposant un atelier d’écriture avec l’autrice Claire Rengade.
L’équipe de la Maison des Habitants a choisi d’associer cette action
aux ateliers socio-linguistiques qui s’adressent à des personnes
d’origine étrangère. Une première étape d’un partenariat que nous
souhaitons développer la saison prochaine.
L’atelier d’écriture est une expérience, on met en voix un voyage
à plusieurs puisque les gens sont des pays. La géographie de la
langue c’est mode explorateur: d’abord sonner les mots les uns aux
autres, c’est un jeu avec ce qui nous rend curieux: la parole. On
joue à dire écrire de notre vivant, ici et maintenant, comme un petit
théâtre de l’occasion: nos instantanés c’est une langue qui réagit
à celle des autres. Ecrire en atelier c’est entendre la musique de
chacun qui tous ensemble fait mélodie. Claire Rengade
Comédienne et metteuse en scène, Claire Rengade cofonde en
1996 le Théâtre Craie à Lyon. Entre reportage, théâtre et poésie,
son écriture est obnubilée par la parole et immergée dans
diverses réalités : un chantier de TGV dans Ma plus grande pièce
c’est dehors, une grotte de fin du monde pour Les Terriens ou les
jeux vidéos dans Nous c’est juste des jeux. Avec le photographe
Sergio Grazia, elle a arpenté un chantier de rénovation urbaine à
Annemasse : Déménagements est le fruit de cette démarche à la
fois documentaire et poétique, collecte de paroles sauvages sur
le fil d’un réalisme très onirique. Claire Rengade écrit également
pour l’opéra, le cirque et la chanson et interprète régulièrement ses
textes accompagnée de musiciens.

BAR-LIBRAIRIE
DU FESTIVAL

© Alex Nollet

http://www.facebook.com/TroisiemeBureau
Retrouvez et commentez les actualités, les photos,
et la gazette du festival !

LE CENTRE
DE RESSOURCES
DES ECRITURES
THEATRALES
CONTEMPORAINES
Le centre de ressources est un lieu de consultation, de recherche et de conseil.
Le fonds, riche de plus de 3500 textes en libre consultation, est constitué
de textes publiés ou manuscrits (documents rares et souvent méconnus). Il
répertorie plus de 900 auteurs originaires de 78 pays différents. Des revues
spécialisées sont également proposées.
Pour faciliter l’accès aux œuvres, une base de données en ligne sur le site
Troisième bureau (www.troisiemebureau.com rubrique : centre de
ressources) permet une recherche à partir de différents critères : nombre de
personnages, mots-clés, pays...
A l’initiative de Milos Lazin, une bibliographie du Théâtre contemporain de
Bosnie-Herzégovine, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Serbie, Slovénie
traduite en français, a été réalisée avec Retors, revue de traduction.
Depuis 2010, le centre de ressources est « bibliothèque associée » aux
Bibliothèques municipales de Grenoble et la base de donnée est consultable
sur le site des bibliothèques : www.bm-grenoble.fr.

Regards croisés, une manifestation du texte et du livre...
En collaboration avec la librairie Le Square et
la librairie Les Modernes.

Le bar ouvre 30mn avant les débuts de soirée et jusqu’à 23h00 (en
dehors des lectures). Si vous avez faim d’un vrai repas, nous vous
invitons à vous asseoir à la table des nombreux restaurants proches
du Nouveau Théâtre Sainte-Marie- d’en-Bas dont vous pourrez
trouver la liste au théâtre.

© Jean-Pierre Angei

La librairie du festival propose de très nombreux ouvrages des invités du festival - théâtre, romans, essais, poésie, littérature jeunesse...-, leurs coups de cœur ainsi que ceux d’auteurs invités lors
des précédentes éditions. En collaboration avec Nadège Badina de
la librairie Le Square et Gaëlle Partouche de la librairie Les Modernes. La librairie ouvre 30mn avant les débuts de soirée et jusqu’à
23h en dehors des lectures.

29

Aperçu du contenu de la page 30

LA GAZETTE
DU FESTIVAL

LES LYCÉENS PARTICIPANTS 
Lycée Argouges (Grenoble)
Léonor Amilhat, Antoine André, Lauriane Arpin, Chloé
Bernuchon, Juliette Besacier, Leïla Caballero, Loyane
Carton-Nallet, Lylou Compagnin, Romane Croy, Emma
Delvigne, Judith Descamps, Marine Dierstein, Théo Diot,
Elisa Dycke, Romy Fillet, Anna Fleutot, Léa Garay,
Lucie Gerbal, Anglèle Glise, Laura Goncalves, Julie
Gostinsky, Issa Gayané, Gérald Kobi, Emilie Marie,
Paul Montabonnel, Judith Pascoët , Amélie Rooke,
Lucie Rossignol
Elèves de 2nde GT4, Florence De Felice,
enseignante, Carine Miletto et Assia Dib
Chambon, documentalistes

Cette année encore, Troisième bureau et le département des Arts du
Spectacle de l’Université Grenoble Alpes renouvellent leur partenariat
en confiant à des étudiants le soin de réaliser la gazette quotidienne
de Regards croisés. Au sommaire : des entretiens avec des auteurs,
des approfondissements thématiques, des articles de fond, des points
sur les rendez-vous passés et à venir, quelques informations de
dernière minute ou encore des billets d’humeur… Pour accompagner les
étudiants dans cette tâche et assurer un cadre pédagogique, nous avons
demandé à l’autrice Julie Aminthe d’en être la rédacrice en chef.
Julie Aminthe est née en 1984, à la Seyne-sur-Mer, dans le sud de
la France. En septembre 2017, elle atteindra l’âge christique, ce qui est
à la fois glorieux et terrorisant. Elle a obtenu un Master de Philosophie
et est entrée au Conservatoire d’Art Dramatique de Toulon où elle a pris
conscience que l’écriture pour le théâtre serait peut-être en mesure de
structurer son insatisfaction chronique. Elle a passé 3 années à l’ENSATT
dans le département Écriture Dramatique. Depuis 6 ans, elle orchestre
de nombreux ateliers, fait la dramaturge pour France Culture, participe
à des bals littéraires, part en résidence et répond à des commandes
d’écriture. Quant à ses pièces, trois d’entre elles sont éditées chez
Quartett – Une famille aimante mérite de faire un vrai repas (mise en
scène par Dimitri Klockenbring, puis Thibault Rossigneux, puis MarieHélène Aïn), À pas de Lou (premier volet d’une saga théâtrale destinée à
la jeunesse) et Avec Nous l’Apocalypse. 

Fatma Ben-Azib, Sana Benhaddou, Ismaël Bouajila,
Antoine Buissiere-Monin, Enzo Buttin, Enzo Camerino,
Marie Cettier, Liza Doro, Clarisse Gateau, Julian Goudet,
Marie Hollenstein, Séléha Idahmanene, Constance
Lafon-Bach, Deusty Ligonnet, Clémence Marjolin,
LéaMerit, Silije Monfroy, Sarah Parent, Mateo Perger,
Elisa Piccolo, Iseult Rabiller, Noâ Rousseau, Zaynab
Sammari, Nicolas Scaringella, Léonie Scheiblin,
Sven Sisun, Lou Slodecki.
Elèves de 2nde 1, Besma Kalifa, enseignante 
Lycée des Eaux-Claires (Grenoble)
Jessica Alonso, Solène Aniciaux, Camille Avon,
Tess Basset, Solène Besson, Sacha Beziau, Lucile
Bikoe, Charlotte Boulanger, Tina Canaguy, Emmeline
Capuzzi, Soukaïana Chantreau, Brahim Chenah Gregory
Ciulla, Simon Coeuret, Benjamin Coq, Solène Croze,
Ibtissem Djelloul, Lilian Guyon, Morgane Holdener,
Miroslav Hristov, Steewell Leboucher, Enzo Lefebvre,
Carla Lefebvre, Jade Machot, Hugo Mazzilli, Samuel
M’Boumba, Agathe Parrinello, Elliot Picon, Etienne
Postoly, Chloé Scheuer, Charlotte Spata, Clément
Termini, Nicolas Tresontani, Gwenn Troussel,
Nils Vernier.
Elèves de 2nde3, Laure Castell, enseignante,
Sandrine Cotteverte, documentaliste

© Jean-Pierre Angei

Directeur de la publication : Bernard Garnier
Rédactrice en cheffe : Julie Aminthe
Rédactrice en cheffe adjointe : Ludivine Debien
Comité de rédaction : Léo Bourgeon, Camille Henry,
Clementine Jullien, Léa Monchal, Romain Mourgues

30

Lycée Edouard Herriot (Voiron)
Leyla Aifa, Jeanne Arabia-Peyriere, Apoline Bergeron,
Marine Berthelet, Margot Brard, Cesar Brun-Dollinger,
Astrid Duvivier, Valentine Fabre, Soufyan Gazzou,
Noema Georjon, Theo Gouez, Simon Guyon, Margot	
Journet, Yohan Laffile, Marie Lessart, Lola Moynier,
Marion Palleja, Lilou Perchaud, Anthonin Richetti,
Morgane Rubin, Charly Vaglio Loro, Noemie Vanzetto
2nde 11 Arts du spectacle, Jean-Marc Pidoux,
enseignant

Aperçu du contenu de la page 31

REMERCIEMENTS
Nous remercions nos partenaires publics et privés,
les auteurs, les traducteurs, les participants aux rencontres,
Catherine Liverato et les élèves du Conservatoire
à Rayonnement Régional de Grenoble, les étudiants,
les lycéens et leur enseignant-e-s, l’Université Grenoble
Alpes, Jean-Jacques Barelli, les stagiaires Valentine Chery,
Fanny Hermant, Chloé Martinod, les comédiens et musiciens,
Karim Houari, Hakim Nékikèche et les équipes techniques,
Laurent Muhleisen, Christine Schmitt, Aurélien Saunier
et la Maison Antoine Vitez, Carine d’Inca, Fanette Arnaud
et les Bibliothèques municipales de Grenoble, Bernard
Pouyet, Monique Vuaillat et Patricia L’Écolier et les
associations Migrants en Isère et Apardap, Jacques Puech
et le Festival Textes en l’air, les services Culturel, Relations
internationales de la Ville de Grenoble, Gaëlle Partouche et
la librairie des Modernes, Nicolas Trigeassou, Nadège Badina
et la librairie du Square, Antonio Placer, Evelyne Marlon,
Franck Mas, Jonathan et le Nouveau Théâtre Sainte-Maried’en-Bas, Les Musiciens du Louvre, Coline Picaud, MarieLaure Anselme, Marcel Micha et la Maison des Habitants
Centre ville, Marianne Taillibert et le Musée de Grenoble,
Music Plus, l’Autre Rive Centre Loisirs et Culture d’Eybens,
les équipes de la MC2 : Grenoble, le restaurant L’Atypik,
Benjamin Cross, les équipes du Petit Angle, les membres du
bureau et les adhérents de l’association Troisième bureau,
l’équipe des bénévoles, et tous ceux qui par leur présence
active, bénévole et militante, font que ce festival existe.

© Jean-Pierre Angei

Comité de rédaction : Marie Dilasser, Marilyn Mattei,
Pascal Brullemans, Marc-Antoine Cyr, Evan Placey,
Ferdinand Schmalz, Thierry Beucher, Zinnie Harris,
Blandine Pélissier, Claire Rengade, Pauline Bouchet,
Julie Valero, Sylvain Diaz, Cécile Corbery, Fanny Hermant,
Chloé Martinod, Véronique Labeille, Bernard Garnier,
Estelle Moulard, Uta Muller.
Conception graphique : Jean-Jacques Barelli
Impression : Rotimpres (Aiguaviva, Espagne)

31

Aperçu du contenu de la page 32

AGENDA
MERCREDI 17 MAI [FRANCE]
19h		
Ouverture du festival
19h30	 Lecture en scène MONTAG(N)ES de Marie Dilasser
		 Des lycéens liront en ouverture FIONA, texte commandé
		
à l’autrice Magali Mougel
		
Rencontre avec Marie Dilasser à l’issue de la lecture

INFORMATIONS
PRATIQUES
LES LIEUX DU FESTIVAL
Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas
38, Rue Très-Cloître à Grenoble
Tram B (Notre-Dame / Musée)
+33 (0)4 76 42 86 11

JEUDI 18 MAI [FRANCE]
14h 	
Regards lycéens / Les lycéens rencontrent les auteurs
		
Pascal Brullemans, Marc-Antoine Cyr, Marie Dilasser
18h		
Librairie Le Square / Rencontre avec Pascal Brullemans
		 et Marc-Antoine Cyr sur le théâtre jeunesse
19h30 	 Lecture en scène L’ENNEMI INTÉRIEUR de Marilyn Mattei
		 Des lycéens liront en ouverture LE VIADUC, texte commandé
		
à l’autrice Laura Tirandaz
		
Rencontre avec Marilyn Mattei à l’issue de la lecture

Le bar-librairie du festival ouvre une demie heure
avant le début des lectures ou des rencontres

VENDREDI 19 MAI [QUÉBEC]
9h >17h Bibliothèque Centre ville / NTSMB / Journée d’études organisée
		
par l’UMR Litt & Arts de l’Université Grenoble Alpes et l’équipe ACCRA
		
de l’Université de Strasbourg
18h		
Bibliothèque Centre ville / Rencontre avec Antoinette Rychner
19h30 	 Lecture en scène CE QUE NOUS AVONS FAIT de Pascal Brullemans
		 Rencontre avec Pascal Brullemans à l’issue de la lecture

Maison des Habitants Centre ville
2, rue du Vieux-Temple à Grenoble
Tram B (Notre-Dame / Musée)
+33 (0)4 76 54 67 53

SAMEDI 20 MAI [CANADA-ANGLETERRE] / [AUTRICHE]
11h		
Bibliothèque Centre ville / Retour sur le Studio Théâtre
		
Rencontre avec Marc-Antoine Cyr, Grégory Faive, les lycéens du Studio
		
et Joëlle Gayot de France Culture
12h30 	 À la table du festival / Repas avec l’équipe et les auteurs du festival
18h		
Lecture en scène PRONOM de Evan Placey par les élèves du Conservatoire
20h 	 Lecture en scène viande en boîte de Ferdinand Schmalz
		 Rencontre avec Ferdinand Schmalz et le traducteur Henri Christophe
		 à l’issue de la lecture
DIMANCHE 21 MAI [FRANCE]
12h30 	 À la table du festival / Repas avec l’équipe et les auteurs du festival
17h		
Lecture en scène SI L’AMOUR N’ÉTAIT PAS de Thierry Beucher
		
Rencontre avec Thierry Beucher à l’issue de la lecture
LUNDI 22 MAI [MOLDAVIE] / [SUISSE] / [FRANCE] / [ANGLETERRE]
14h		
Résidences… et après ? / Table ronde et lectures d’extrait des textes écrits
		
en résidence avec Julie Aminthe, Nicoleta Esinencu, Carine Lacroix
		 et Antoinette Rychner
18h		
Plateau diplomatique « Migrances... » avec Nora El Qadim
		
et Jocelyne Streiff-Fenart animée par Thierry Blanc
20h		
Lecture en scène COMMENT RETENIR SA RESPIRATION de Zinnie Harris
		
Des lycéens liront en ouverture FONDRE, texte commandé
		
à l’auteur Guillaume Poix

Bibliothèque Centre Ville
10, rue de la République à Grenoble
Tram B (Notre-Dame - Musée)
+33 (0)4 76 54 57 97
Salle Olivier Messiaen
1, rue du Vieux-Temple à Grenoble
Tram B (Notre-Dame / Musée)

LES LIBRAIRIES PARTENAIRES
Librairie Le Square
2, place Dr Léon Martin à Grenoble
+33 (0)4 76 46 61 63
Librairie Les Modernes
6, rue Lakanal à Grenoble
+33 (0)4 76 27 41 50
BUREAU DU FESTIVAL
Le Petit Angle
Troisième bureau - Centre de ressources
des écritures théâtrales contemporaines
1, rue Président Carnot 38000 Grenoble
Tram B (Sainte-Claire / Les Halles)
CONTACTS
Bernard Garnier / Cécile Corbery
+33 (0)4 76 00 12 30
grenoble@troisiemebureau.com
www.troisiemebureau.com
TARIFS
Lectures : entrée libre et participation libre
Rencontres et débats : entrée libre

  • 1
  • 2 - 3
  • 4 - 5
  • 6 - 7
  • 8 - 9
  • 10 - 11
  • 12 - 13
  • 14 - 15
  • 16 - 17
  • 18 - 19
  • 20 - 21
  • 22 - 23
  • 24 - 25
  • 26 - 27
  • 28 - 29
  • 30 - 31
  • 32